(Montréal) Camille Estephan a entendu l’appel du premier ministre et de la Santé publique.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Le président d’Eye of the Tiger Management espérait organiser un dernier gala en 2020, un troisième en pleine pandémie de COVID-19. Toutefois, il se voyait mal faire déplacer ses boxeurs, leurs adversaires, et surtout, toute l’équipe nécessaire de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) tandis que François Legault demande à tous de respecter un « contrat moral » et de se mettre en quarantaine pour sept jours avant d’organiser un rassemblement dans le temps des Fêtes, entre le 24 et le 27 décembre.

Estephan éprouvait un malaise à organiser un gala le 18 ou le 19 décembre dans ces conditions.

« Je suis enclin à ne pas faire l’évènement, a-t-il dit à La Presse Canadienne vendredi. On veut envoyer un message à tous, on veut encourager les gens à être le plus vaillant possible. »

En tenant le gala le 19, cela aurait signifié que tous ceux impliqués, dont les employés de la RACJ, n’auraient pas pu se réunir en famille avant le 26. Estephan ne sentait pas en droit d’exiger cela de tous ces gens.

Et c’est aussi sa façon à lui de dire à la Santé publique qu’ils sont partenaires dans cette aventure.

« On leur dit merci. On se voyait mal faire un gala ce jour-là.

« Le gouvernement nous demande un confinement volontaire. On aurait tout de même pu aller de l’avant avec le gala, mais il faut aussi regarder l’environnement dans lequel on vit. Dans ce contexte, on remet ça en janvier. »

Estephan et son groupe devaient prendre rapidement une décision, car les boxeurs en action dans un gala le 18 ou le 19 auraient dû se soumettre à une quarantaine dès vendredi ou samedi prochain.

Arslanbek Makhmudov et Sadriddin Akhmedov, qui devaient participer au gala de décembre, devront donc patienter quelques semaines de plus. Akhmedov devait notamment se battre pour la ceinture continentale de la World Boxing Association (WBA) des super-mi-moyens.

EOTTM a annoncé cette semaine la tenue du combat entre les poids moyens Steven Butler et Francis Lafrenière pour le 30 janvier. Ce combat couronnera une soirée qui devrait avoir lieu à Rimouski.

« J’ai bien aimé la mise en place dans un hôtel, a avoué Estephan. Ça diminue les risques avec les déplacements réduits. Tout le monde est réuni au même endroit. C’est bon pour l’hôtel et c’est bon pour nous. »

Estephan pourrait même organiser ses deux prochains évènements à l’Hôtel Rimouski.

« D’un point de vue logistique, ça nous faciliterait grandement les choses. »

Au Mexique

Ce report signifie donc que tous les boxeurs québécois en action pour la fin 2020 le seront au Mexique.

Samedi, Marie-Pier Houle et Kim Clavel, deux boxeuses de Groupe Yvon Michel, seront en action dans un gala présenté en banlieue de Mexico.

Clavel (12-0, 2 K.-O.) affrontera la Mexicaine Barbara Alejandra Martinez Munoz (3-8-1). Houle (2-0-1, 1 K.-O.) sera quant à elle confrontée à la Mexicaine Maria Dolorès Hernandez Garcia (6-4-1, 4 K.-O.).

EOTTM enverra aussi trois boxeurs au Mexique pour un gala présenté le 12 décembre : Christian Mbili (16-0, 15 K.-O.), Luis Santana (1-0, 1 K. -O.), et Avery Martin-Duval (4-0, 3 K.-O.).

Outre les deux galas de janvier d’EOTTM, GYM est en attente de dates pour deux autres de ses protégés : le poids lourd Oscar Rivas (26-1, 18 K.-O.) ainsi que la championne du monde des super-mi-moyennes Marie-Ève Dicaire (17-0).

Il espère voir les deux pugilistes monter dans le ring en janvier et dans le cas de Dicaire, le combat d’unification contre Clarissa Shields est toujours dans l’air, mais n’aurait plus lieu à Flint, dans le Michigan, fief de l’Américaine. Nous n’en sommes malheureusement pas à un report près dans ce dossier.