Kim Clavel se battra à Cuernavaca plutôt qu’à Las Vegas… et ça semble faire son affaire

Frédérick Duchesneau Frédérick Duchesneau
La Presse

La ronde des boxeurs d’ici se poursuit à l’amphithéâtre Deportivo Cri Cri de Cuernavaca, au Mexique. Après les trois pugilistes d’Eye of the Tiger Management trois semaines plus tôt, ce sera au tour de Kim Clavel et de Marie-Pier Houle de monter dans ce ring, samedi.

Clavel (12-0-0, 2 K.-O.), championne NABF et troisième aspirante au WBC, affrontera la Mexicaine Barbara Alejandra Martinez Munoz (3-8-1, 0 K.-O.) dans un combat de huit rounds chez les poids mouches. Son titre NABF des mi-mouches ne sera pas en jeu.

À première vue, le duel semble bien inégal. Mais, en boxe, les fiches sont parfois trompeuses, rappelle Clavel.

« Ce n’est pas une adversaire qui va être championne du monde, mais c’est une tough. Il ne faut pas la prendre à la légère et s’endormir sur sa fiche parce que ses défaites sont contre de très bonnes adversaires, note la boxeuse. Elle va être coriace et dans ma face pendant huit rounds. Ça va être un bon combat. »

« Je ne dis pas que Kim est en danger là-bas. Mais son adversaire est meilleure que sa fiche l’indique », corrobore son promoteur Yvon Michel.

L’impatience de Clavel…

Après sa victoire contre l’Américaine Natalie Gonzalez (6-1, 1 K.-O.) le 21 juillet, Clavel n’a pas mis de temps à retourner au gymnase. La motivation a sans doute été facile à trouver, puisque pendant des semaines s’est tramé pour elle un autre combat à Vegas, en décembre. Puis, cette entente avec Top Rank est tombée à l’eau il y a environ un mois.

Qu’à cela ne tienne, la boxeuse-infirmière auxiliaire voulait se battre. Et vite. C’est Stéphan Larouche, qui assiste Danielle Bouchard dans l’entraînement de Clavel, qui en a fait part à Yvon Michel.

« Stéphan m’a appelé il y a quelques semaines et il m’a dit : ‟Il faut qu’on trouve une façon de faire boxer Kim parce que c’est important dans sa progression, puis je sens qu’elle commence un peu à s’impatienter.” Donc, on a conclu à ce moment-là qu’on lui trouverait un combat, raconte le patron de GYM. C’est Stéphan qui a fait les recherches et les ententes nécessaires. »

La principale intéressée confirme cette impatience. Elle a besoin d’action. Elle aime boxer. Et s’entraîner, « c’est bien beau, mais ça ne paie pas les bills ». Donc, Vegas ou Cuernavaca, ça n’avait aucune importance à ses yeux.

« J’ai hâte de vivre ça. C’est sûr que c’est un milieu qui va être complètement différent du MGM Grand. J’ai su qu’on se réchauffe dans des Tempo, raconte celle qui a récemment été honorée par le magazine Time. Mais le Mexique, c’est le pays de la vraie de vraie boxe. Les gens ont ça dans le sang, ils boxent partout. Ils ne font pas de problèmes avec l’organisation, ils boxent tout simplement. Donc, on s’en va aux sources du noble art. »

Même si le ring est tout croche, tu peux le prendre en riant. Je vois juste du positif dans cette expérience, même si ça va être moins class.

Kim Clavel

Les discussions entourant la mise sur pied de ce combat ont démarré il y a trois semaines. À partir du gymnase des Laurentides exploité par Larouche et Bouchard, Clavel avait donc un mois pour se préparer adéquatement, si l’évènement se matérialisait bel et bien. Parce que vendredi, il restait encore bien des ficelles à attacher, a dévoilé le président de GYM.

Mais la boxeuse – à qui nous avons parlé en fin d’après-midi, entre la sieste et l’entraînement – ne semble pas du genre à n’avoir qu’un plan A. Si ce combat était aussi tombé à l’eau… elle serait quand même peut-être partie au Mexique. S’entraîner un peu dans un gym de l’endroit, avec des partenaires de sparring mexicaines.

… la patience de Dicaire

La délégation québécoise, menée par Larouche et Bouchard, quittera Montréal mercredi et reviendra dès dimanche.

Yvon Michel aurait aimé qu’elle soit plus imposante. Mais Mikaël Zewski a décliné son offre. Il a également pensé à Marie-Eve Dicaire, dont le combat avec Claressa Shields est toujours repoussé.

« Mais elle m’a dit qu’elle n’avait pas besoin d’autre combat. Elle veut rester concentrée sur Shields », indique Yvon Michel.

Ce sera donc Clavel et Houle seulement.

« Top Rank m’avait dit que probablement qu’ils regarderaient ça pour janvier avec Kim, mais on ne voulait pas attendre. Il fallait qu’on fasse quelque chose pour elle », fait valoir le président de GYM.

Quant à Marie-Pier Houle (2-0-1, 1 K.-O.), qui est également physiothérapeute, elle sera opposée à la Mexicaine Dolores Hernandez Garcia (6-4-1, 4 K.-O.) dans un combat de six assauts, son premier en carrière chez les super-mi-moyens.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Marie-Pier Houle

Pour Houle, ce sera un retour dans l’arène un an après son dernier combat, au Centre Vidéotron, à Québec.

« L’horizon se profile beaucoup plus positivement pour 2021, entrevoit Yvon Michel. Mais au moins, Kim aura fait deux combats cette année, et Marie-Pier n’aura pas perdu son année au complet. »