Une cour d’appel fédérale a rejeté une plainte déposée par 50 anciens lutteurs professionnels, y compris des stars des années 1980 et 1990, qui ont affirmé que World Wrestling Entertainment n’avait pas réussi à les protéger contre des blessures à la tête répétées, y compris des commotions cérébrales qui ont entraîné des lésions cérébrales à long terme.

Dave Collins
Associated Press

La deuxième cour d’appel du circuit américain de New York s’est dite en accord avec un juge fédéral du Connecticut qui a rejeté les poursuites il y a deux ans, affirmant que de nombreuses demandes étaient frivoles ou déposées après l’expiration du délai de prescription. La WWE, basée à Stamford, dans le Connecticut, a nié les allégations de la poursuite.

Parmi les plaignants figuraient Jimmy « Superfly » Snuka, Joseph « Road Warrior Animal » Laurinaitis, Paul « Mr Magnifique » Orndorff, Chris « King Kong Bundy » Pallies et Harry Masayoshi Fujiwara, connu sous le nom de Mr Fuji.

Snuka et Fujiwara sont décédés en 2017 et 2016, respectivement, et ont été diagnostiqués avec une encéphalopathie traumatique chronique, ou CTE, après leur décès, selon leur avocat. Pallies est décédé l’année dernière de causes non révélées. D’autres plaignants souffrent de démence et d’autres maladies, selon le procès.

Le procès, qui a également nommé le chef de la direction de la WWE Vince McMahon comme accusé, a déclaré que l’organisation connaissait les risques de blessures à la tête, mais n’avait pas averti les lutteurs. La juge de district américaine Vanessa Bryant à Hartford, cependant, a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que la WWE savait que des commotions cérébrales ou des coups dans la tête pendant les matchs de lutte avaient causé la CTE.

La NFL et la LNH ont été poursuivies par d’anciens joueurs qui ont subi des commotions cérébrales et d’autres blessures à la tête. La NFL a réglé pour 1 milliard, tandis que la LNH a réglé pour 18,9 millions.