(Londres) La suspension imposée au boxeur britannique Billy Joe Saunders a été levée et il a écopé d’une amende 15 000 livres (26 600 dollars canadiens) pour avoir cautionné la violence conjugale.

Associated Press

En mars, le champion WBO des super-moyens s’est filmé en train de s’entraîner et offrant aux hommes des conseils sur la façon de frapper leurs partenaires féminines pendant le confinement.

Il s’était déjà excusé pour ses propos : « C’était une erreur idiote, mais je ne voulais pas faire de mal à personne et je ne ferais certainement pas la promotion de la violence conjugale.

Il y a des gens qui meurent dans le monde entier en raison du coronavirus et j’essayais seulement de faire baisser la pression. Ce n’est visiblement pas le cas. Mon sens de l’humour n’est pas apprécié de tout le monde.

Billy Joe Saunders, durant ses excuses, en mars

Vidéo « idiote » et « inacceptable »

Son promoteur, Eddie Hearn, avait d’ailleurs décrit la vidéo comme étant « idiote » et « inacceptable ». Saunders avait aussi été vertement critiqué par les organismes de lutte à la violence conjugale.

PHOTO D’ARCHIVES ANDREW COULDRIDGE, ACTION IMAGES VIA REUTERS

Billy Joe Saunders lors de son combat contre Shefat Isufi à Stevenage, en Angleterre, le 18 mai 2019.

La licence de Saunders avait été suspendue par la commission britannique de la boxe qui, à la suite d’une audience tenue mercredi, a reconnu le boxeur coupable d’inconduite et lui a ordonné de verser l’amende à des organismes caritatifs.

Il a cependant obtenu le feu vert pour reprendre les combats, a souligné la commission dans un court communiqué émis jeudi.

Saunders a annoncé qu’il ferait un don de 25 000 livres (44 000 $ CAN) à une association caritative contre la violence domestique.

Saunders, qui est invaincu en 29 combats, était sur le point d’accepter d’affronter Saul « Canelo » Alvarez à Las Vegas avant le début de la pandémie.

Il s’agissait de la plus récente rencontre entre Saunders et la commission britannique de la boxe, qui lui avait imposé une amende de 100 000 livres en septembre 2018 pour la diffusion d’une autre vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle il encourageait une femme à offrir des faveurs sexuelles en retour de 150 livres de drogue.