Des vacances pour Marie-Ève Dicaire, mais pas trop longues

« Je vis à 200 milles à l'heure ; je vais... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

« Je vis à 200 milles à l'heure ; je vais passer trois semaines en vacances et je vais me sentir comme si ça faisait six mois », a expliqué Marie-Ève Dicaire vendredi, à la suite de sa victoire par décision unanime face à Maria Lindberg.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

FRÉDÉRIC DAIGLE
La Presse Canadienne
Montréal

Depuis février 2018, Marie-Ève Dicaire a livré six combats, dont trois de championnats du monde dans les sept derniers mois. Elle est due pour une pause.

Mais de son propre aveu, cette pause ne pourra pas être trop longue.

« Je vis à 200 milles à l'heure ; je vais passer trois semaines en vacances et je vais me sentir comme si ça faisait six mois », a-t-elle expliqué vendredi, à la suite de sa victoire par décision unanime face à Maria Lindberg, sa deuxième défense de sa ceinture des super-mi-moyennes de l'International Boxing Federation (IBF) en moins de trois mois.

« Ç'a été vite [au cours des derniers mois], mais je vis bien dans ce rythme-là, a ajouté Dicaire. Je sais que j'ai l'équipe pour bien me mener. Parfois, j'ai même l'impression que ça va trop lentement. Je sais qu'ils ont mes intérêts à coeur. La vitesse à laquelle on a fait les choses, c'est parce qu'on était prêts et on va être prêts pour les prochains défis. »

Et la boxeuse de 32 ans a la tête résolument tournée vers son prochain combat. Son équipe et elle sont prêtes à tout.

« Pour la suite des choses, je sais que mon entraîneur va s'asseoir avec mon promoteur, que mon équipe va chercher la meilleure solution, a souligné Dicaire, qui a signé 16 victoires en autant de sorties. On a besoin de défis, de continuer d'avancer. Je sais qu'ils vont prendre la meilleure décision et le défi, je vais le relever.

« Si on me dit que c'est une unification, tant mieux. Si on me dit que c'est une autre boxeuse devant moi, je sais qu'elle va être là pour une raison, que j'ai des apprentissages à faire et qu'on va me mettre dans le ring pour un combat d'unification au moment opportun et je serai prête. »

« Elle est prête pour n'importe quoi : sky is the limit, a affirmé son entraîneur, Stéphane Harnois. À 154 livres, je prends n'importe qui. À 147, je prends n'importe qui. On approche de plus en plus de notre but ultime. On va l'avoir. »

Ce but ultime est un combat d'unification face à la redoutable Cecilia Braekhus. La « First Lady » de la boxe est la championne incontestée des mi-moyennes (147 livres), avec cinq ceintures à sa taille. Elle a une fiche immaculée de 35 victoires, dont neuf par K.-O.

Dicaire pourrait bien bénéficier de quelques combats supplémentaires avant de se frotter à la Norvégienne. Face à Lindberg, elle a d'ailleurs ajouté une corde à son arc, de son propre aveu.

« J'ai surtout appris à rester calme, à ne pas paniquer dans une situation où elle me mettait de la pression. Face à [Chris] Namus et [Mikaela] Lauren, j'ai eu le bon instinct, mais je ne crois pas que j'étais en contrôle comme [vendredi] soir. Même si elle fonçait, je savais que j'avais un plan de match et je n'en ai pas dérogé. »

Mais pour l'instant, sa priorité n'est pas Braekhus, mais de prendre soin des siens.

« Ce sont eux qui font tous les sacrifices pendant que je m'entraîne, a noté Dicaire. C'est à mon tour maintenant de les gâter de ma présence. »




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer