Dure sortie pour Jules Burnotte au 20 kilomètres de la Coupe du monde de biathlon, jeudi, à Antholz en Italie. Le Québécois a conclu au 98e rang, à plus de 11 minutes du premier rang détenu par le Russe Anton Babikov, parfait au tir et vainqueur en 49 minutes 46,8 secondes.

Publié le 20 janvier
mathieu.laberge@sportcom.qc.ca Sportcom

Cet écart s’explique en partie par les neuf cibles ratées du Sherbrookois, ce qui s’est transformé en 9 minutes de pénalité au final.

« J’ai vraiment mal tiré. Ça arrive et c’est mieux là qu’aux Jeux, alors aussi bien manquer les cibles ici que plus tard », a soutenu Burnotte avec un rire gêné, en faisant référence aux Jeux olympiques de Pékin pour lesquels il a officiellement été sélectionné la veille.

« C’est décevant, mais sinon en ski, je suis vraiment surpris et j’avais l’impression d’aller vite », a-t-il poursuivi en ajoutant qu’il aurait même pu être encore plus rapide.

L’Albertain Christian Gow (3 cibles ratées, +5 minutes) a été le meilleur représentant du pays avec une 37e place lors de cette course.

L’inconstance au tir persiste cette saison pour Burnotte qui précise qu’il peut mieux s’en tirer aux épreuves de sprint 10 kilomètres, où il n’y a que 10 cibles à atteindre.

« C’est souvent en sprint que j’ai de meilleurs résultats. La course est plus courte et je peux y aller à fond tout le long et ça m’avantage. Et l’autre facteur, c’est que les pénalités sont moins importantes avec une boucle de 150 mètres à faire […] Tirer un 9 sur 10 au sprint, c’est plus facile pour moi que de tirer un 18 sur 20 à l’individuel. »

L’athlète âgé de 25 ans sera du relais masculin dimanche. Ce sera sa dernière course avant les Jeux olympiques.

« Nous avons tous un peu mal fait aujourd’hui (jeudi) dans l’équipe canadienne, alors nous avons le goût de faire quelque chose de bien à la dernière course de la fin de semaine. »