(Nakiska, Alberta) Le Torontois Kevin Drury a le sentiment qu’il arrive au sommet de sa forme au bon moment.

Publié le 14 janvier
La Presse Canadienne

Âgé de 33 ans, Drury a remporté la médaille d’argent à l’épreuve masculine de ski cross de la Coupe du monde de Nakiska, en Alberta, vendredi.

Il s’agissait de la première médaille du Canadien en Coupe du monde depuis qu’il s’est cassé une jambe lors d’une course le 20 décembre 2020. Drury avait gagné le titre de la Coupe du monde de ski cross en 2019-20.

Drury était le seul Canadien à participer à la finale lors de la première de deux courses disputées sur la piste de Nakiska, à l’ouest de Calgary. Il a été devancé par le Suédois David Mobaerg alors que l’Allemand Tobias Mueller a mis la main sur la médaille de bronze.

La deuxième Coupe du monde à Nakiska, samedi, sera la dernière épreuve de mise au point de l’équipe canadienne avant les Jeux olympiques de Pékin, qui se dérouleront en février.

Le Canada ne voyagera pas en Suède pour participer aux deux épreuves de la Coupe du monde, la semaine prochaine, en raison des inquiétudes liées à la COVID-19.

Le Canada a beaucoup de talent en ski cross alors il y a un peu de compétition à l’interne pour l’obtention d’une place aux Jeux.

Drury a indiqué que sa jambe était complètement guérie et qu’elle ne le ralentissait pas, mais il a perdu quelques journées d’entraînement en 2021 en raison de sa rééducation. Son premier passage sur un parcours de ski cross à la suite de sa blessure a eu lieu en novembre, en Chine, lors d’une course d’entraînement.

« J’accusais environ 35 jours de retard derrière le reste de l’équipe, a mentionné Drury. J’ai simplement tenté de retrouver ma vitesse de pointe, de renforcer ma confiance en piste et de trouver un équilibre dans mon agressivité. Ça commence à bouger dans la bonne direction. »

Après avoir facilement gagné ses quarts de finale, Drury a résisté au Français Bastien Midol pour s’emparer de la deuxième position en demi-finale. Comme les deux meilleurs skieurs de chaque ronde éliminatoire progressent, il a pu accéder à la finale.

« Je l’ai senti quand il est passé à l’intérieur lors du dernier virage. Je me suis simplement dit que je n’allais pas reculer, a observé Drury. Je n’ai pas connu mes meilleurs départs aujourd’hui. Nous savions qu’il n’y aurait pas beaucoup d’occasions de dépassement, mais j’ai trouvé une façon de devancer certaines personnes lors de situations clés. »

Lors de la finale féminine, la Suédoise Sandra Naeslund a eu le meilleur sur la Suissesse Fanny Smith et l’Allemande Daniela Maier.

Hannah Schmidt, d’Ottawa, a terminé au cinquième échelon pour présenter le meilleur résultat par une Canadienne. Sa compatriote Courtney Hoffos, de Windermere en Colombie-Britannique, a pris la sixième place.

Sept Canadiennes ont fait partie des 16 femmes qui se sont qualifiées pour les éliminatoires, mais la malchance est venue leur jouer un vilain tour.

La médaillée d’or olympique Marielle Thompson, de Whistler, a eu de la difficulté lors de son départ en quart de finale et elle a été éliminée. Hoffos et India Sherret, de Cranbrook en Colombie-Britannique, sont entrées en contact, ce qui a propulsé Sherret dans le filet de sécurité lors de leur quart de finale.

Brittany Phelan, de Mont-Tremblant, et Schmidt ont toutes deux glissé hors de la piste en demi-finale.

« C’est ça le ski cross. Tout peut arriver, a expliqué Schmidt. Parfois, tu as de la chance. D’autres fois, ce n’est pas le cas. C’était difficile de glisser aujourd’hui. Les conditions étaient cahoteuses. »

Le champion du monde en titre, le Britanno-Colombien Reece Howden, le champion olympique en 2014, l’Albertain Brady Leman, et le Montréalais Chris Del Bosco n’ont pas réussi à passer en demi-finale.