(Bakuriani, Géorgie) Le Québécois Éliot Grondin a signé sa première victoire en Coupe du monde de snowboard cross, jeudi, à Bakuriani, en Géorgie. Un moment qui restera gravé dans sa mémoire.

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

« C’est vraiment incroyable que j’aie pu gagner aujourd’hui, a d’abord déclaré Grondin en entretien téléphonique avec La Presse Canadienne. J’ai vraiment l’impression d’être dans un rêve en ce moment. Je ne réalise pas trop ce qui se passe en ce moment. »

Cette victoire survient à un moment déterminant pour lui, alors qu’il reste un peu moins d’un an avant les Jeux olympiques de Pékin.

« Je suis vraiment en train de prouver aux autres gars que j’ai ma place parmi l’élite. Que je ne suis pas n’importe qui. Je suis rendu-là, et je ne suis pas facile à battre », a dit celui qui pointe au deuxième rang du classement général de la discipline.

Grondin, de Lévis, a devancé en super-finale l’Autrichien Lukas Pachner et l’Italien Lorenzo Sommariva, dans l’ordre. Un résultat qu’il peinait encore à croire, quelques heures après la conclusion de l’épreuve.

« Je n’y croyais pas vraiment jusqu’en demi-finales. Je savais que j’avais la vitesse pour me rendre en finale, mais j’ai dû corriger quelques erreurs en demi-finales — j’ai notamment changé ma planche pour obtenir plus de vitesse », a-t-il expliqué.

« Ma stratégie en finale était de me hisser en tête dès le départ et d’y demeurer pendant les quatre premiers virages. J’ai ensuite choisi de me laisser dépasser par les autres gars pour me retrouver dans l’aspiration, parce que j’avais observé plus tôt dans la journée que ceux qui se retrouvaient en première place avant le dernier virage se faisaient souvent dépasser au fil d’arrivée. Je me suis donc retrouvé troisième avant la dernière ligne droite, et ensuite j’ai donné le tout pour le tout en bloquant un gars pour me permettre de l’emporter », a-t-il expliqué.

Grondin a ensuite croisé le fil d’arrivée devant ses trois poursuivants.

« C’était vraiment serré, mais j’avais le feeling que j’avais réussi à l’emporter. Puis, je me suis dit que j’avais réussi à accomplir un rêve que j’avais depuis mon enfance. Je ne réalise pas encore trop ce qui s’est passé », a-t-il répété.

L’athlète âgé de 19 ans a du même coup savouré son troisième podium en carrière sur le circuit de la Coupe du monde, et son deuxième cette saison. Il avait acquis une médaille d’argent à Chiesa in Valmalenco, en Italie, le 23 janvier.

Grondin connaît une véritable éclosion sur la scène internationale cette saison, après avoir également obtenu la médaille de bronze aux Championnats du monde de surf des neiges d’Idre Fjäll, en Suède, le mois dernier. Il s’agissait de son meilleur résultat en carrière aux Mondiaux de surf des neiges, après sa 27e position acquise en 2019 à Solitude, une station de ski de l’Utah.

« Avec la saison que je connais, je sais que j’ai le niveau pour être sur le podium à chaque course, a-t-il évoqué. En l’emportant aujourd’hui, ça me prouve que j’ai la vitesse pour être sur le podium et même gagner les courses. »

Les compatriotes de Grondin, Kevin Hill, Liam Moffatt et Evan Bichon ont abouti aux 28e, 29e et 44e rangs, respectivement.

Chez les dames, la Tchèque Eva Samkova a grimpé sur la plus haute marche du podium, tandis que la Française Julia Pereira De Sousa Mabileau et l’Américaine Lindsey Jacobellis obtenaient l’argent et le bronze, dans l’ordre.

La meilleure planchiste canadienne fut Zoe Bergermann avec une 10e position.

Ses compatriotes Audrey McManiman, Meryeta Odine et Carle Brenneman ont abouti aux 16e, 17e et 18e places, respectivement.

Une autre épreuve de snowboard cross sera présentée vendredi à Bakuriani. Grondin aimerait bien répéter son exploit de jeudi, mais il ne prend rien pour acquis.

« Tout le monde a eu la chance de regarder la course aujourd’hui, et tout le monde sait que tu ne veux pas être à l’avant du peloton pour le dernier virage, donc j’ai hâte de voir comment ça va se dérouler », a-t-il conclu.