Après deux résultats dans le top 10 aux descentes de vendredi et de samedi, Marie-Michèle Gagnon (+ 2,05 s) s’est classée 20e au super-G de la Coupe du monde de ski alpin de Val di Fassa, dimanche, en Italie.

mathieu.laberge@sportcom.qc.ca
Sportcom

La gagnante des deux derniers jours, la Suissesse Lara Gut-Behrami (+ 0,59 s), a terminé au deuxième rang, derrière l’Italienne Federica Brignone (1 min 14,61 s). Une autre Suissesse, Corinne Suter (+ 0,72 s), a fini troisième.

Gut-Behrami a remporté le globe de cristal de la discipline.

Gagnon était la première à s’élancer dans le parcours aux conditions printanières, qui a été le théâtre de quelques sorties de piste. Celle de Rosina Schneeberger, notamment, a été spectaculaire ; l’Autrichienne a dû être transportée à l’hôpital par hélicoptère.

Cela a retardé le déroulement de l’épreuve, dont le départ de Valérie Grenier, qui a terminé 34e (+ 2,95 s).

Le dossard numéro un, ce n’était pas vraiment l’idéal, particulièrement en super-G, car c’est seulement une manche, et nous n’avons pas d’entraînement sur la piste [contrairement à la descente]. Ça ne s’est pas bien passé. J’ai fait des erreurs, et c’est comme si j’avais été la cobaye du parcours.

Marie-Michèle Gagnon

Quant à Grenier, de Mont-Tremblant, elle s’est retrouvée très basse dans un virage et a dû manœuvrer pour bien retrouver sa ligne dans la piste La Volata. Cela s’est toutefois fait au prix de précieux centièmes de seconde, ce qui l’a exclue d’une belle place au classement.

Le prochain arrêt de la Coupe du monde féminine de ski alpin aura lieu à Jasná, en Slovaquie. Un slalom géant sera disputé samedi prochain, suivi d’un slalom le lendemain.