(Cortina D'ampezzo) Le Français Mathieu Faivre a mis la main sur le titre mondial de slalom géant dans une course où les quatre Canadiens en lice ne se sont pas qualifiés pour la deuxième manche.

Eric Willemsen
Associated Press

Faivre a complété les deux parcours en un temps combiné de deux minutes, 37,25 secondes, 63 centièmes de mieux que l’Italien Luca De Aliprandini.

L’Autrichien Marco Schwarz a complété le podium, à 87 centièmes de Faivre. Il s’agit de la 300e médaille autrichienne de l’histoire des Championnats du monde.

Les Canadiens James Crawford, Brodie Seger, Trevor Philp et Erik Read ont tous été incapables de terminer la première manche.

Faivre ne semblait tout de même pas à l’aise sur le podium regardant constamment par-dessus son épaule, vers la piste. Il tentait de trouver du coin de l’œil Alexis Pinturault, son coéquipier et grand favori pour l’emporter avant la course. Pinturault était toutefois toujours tout en haut de la piste, tentant de comprendre ce qui venait de se passer.

« Je suis triste pour Alexis, bien sûr. Ça aurait été super qu’on se retrouve tous deux sur le podium, a déclaré Faivre. Ce n’était pas facile d’apprécier (cette victoire). Mais j’en suis très fier, sans aucun doute. Je suis fier de mon équipe, de mon état d’esprit. »

Pinturault, dernier à prendre le départ de la deuxième manche après s’être forgé une bonne avance en tête dans la première, est sorti de parcours après sept portes, perdant une occasion parfaite de gagner l’or de cette discipline dans une épreuve majeure après quatre médailles de bronze aux JO ou lors de précédents Mondiaux.

La réaction de Faivre aux insuccès de son coéquipier était bien différente que celle qu’il a eue il y a trois ans. Il a été renvoyé chez lui aux Jeux de PyeongChang par l’équipe française pour son manque d’esprit d’équipe. Faivre ne semblait pas heureux que Pintureault ait gagné une médaille aux JO. Il a même déclaré qu’il était là « pour skier pour lui d’abord ».

Cette fois, quand Pintureault est sorti de piste, il s’est pris le visage à deux mains et De Aliprandini l’a enlacé.

Cette victoire de Faivre est survenue trois jours après son triomphe au slalom géant en parallèle.

« Ça semble irréel présentement. L’or en parallèle était déjà tellement incroyable. Mais pour être honnête, l’or (au slalom géant) est à un autre niveau. »

Faivre a sept podiums en slalom géant en carrière, dont une victoire en Italie en 2016. Il n’avait toutefois terminé qu’une seule fois dans le top 10 cette saison.