Deux médailles d’argent en trois courses ! Le palmarès de Laurent Dubreuil aux épreuves de 500 m de la Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste s’est de nouveau bonifié d’une deuxième place, samedi, dans la ville bulle d’Heerenveen (Pays-Bas), qui accueille le circuit international.

Mis à jour le 30 janv. 2021
mathieu laberge Sportcom

Le Lévisien s’est fait souffler la victoire de 4 centièmes de seconde par son adversaire de longue date, le Russe Pavel Kulizhnikoz (34,475 s). Le Néerlandais Dai Dai N’tab, qui avait devancé Dubreuil samedi dernier, a fini troisième (+ 0,11 s).

« C’est 13 centièmes de seconde [de moins] que la semaine dernière, alors c’est bon signe ! Le calibre est élevé et on n’a pas le droit de faire de mauvaises courses si on veut avoir des chances de médaille, mais heureusement, j’ai été capable de faire une course solide et de monter sur la deuxième marche du podium encore une fois », a fièrement commenté Dubreuil.

Le vétéran a aussi mentionné que depuis le début de sa carrière, il a remporté plus de la moitié de ses médailles de Coupe du monde sur l’anneau du Thialf.

« En ce moment, peu importe où on patinerait, je pense que je gagnerais des médailles », a-t-il expliqué, en ajoutant que la seule course de la saison où il n’a pas été médaillé était celle où un adversaire était tombé devant lui. Dubreuil avait ensuite dû reprendre la course en patinant seul.

« Si j’avais pu faire la course normalement, je pense que j’aurais eu une médaille cette journée-là. Ma course d’aujourd’hui [samedi] valide un peu mon opinion. »

Le Québécois a raté l’entrée de son dernier virage et c’est là que la course s’est jouée, selon lui. « Je n’ai pas eu exactement le virage que j’aurais voulu et si je l’avais mieux exécuté, j’aurais pu combler l’écart avec le Russe. Mais bon, c’est du 500 m à 60 km/h sur deux lames et c’est le genre de choses qui arrivent. »

Classé 19e, Alex Boisvert-Lacroix sait qu’il aurait pu faire mieux. Après un excellent premier 100 m, il a touché la glace et a failli chuter à l’entrée du dernier virage. Le Sherbrookois s’en voulait après la course, car il sentait que la forme était au rendez-vous.

« D’habitude, le gars qui part dans le corridor intérieur arrive en premier dans le droit, mais là, j’ai dû le dépasser et je suis arrivé dans une position différente à l’entrée de mon virage. Cela a joué dans l’équation et j’ai eu un énorme déséquilibre. C’est presque un miracle que je sois resté debout et ça ne m’était jamais arrivé. C’est très décevant, car j’aurais aimé voir ce que j’aurais pu faire. »

Boisvert-Lacroix sera rétrogradé au groupe B du 500 m de dimanche. Il compte se reprendre aux Championnats du monde dans deux semaines.

L’Ontarienne Ivanie Blondin a elle aussi procuré une médaille d’argent au Canada à l’épreuve féminine du départ groupé, course où Valérie Maltais a été disqualifiée. Maltais était aussi au 1500 m, où elle s’est classée 14e.

PHOTO PETER DEJONG, ASSOCIATED PRESS

Ivanie Blondin menant le peloton du départ de groupe féminin

Quant à Béatrice Lamarche, elle termine au 22e rang du 500 m, à un peu plus de 2 secondes de la gagnante, la Néerlandaise Femke Kok (37,233 s).