En signant son meilleur résultat de la saison en super-G, une 13e place, Marie-Michèle Gagnon sent qu’elle est maintenant sur les rails pour les Championnats du monde à venir. Dimanche, à la Coupe du monde de Crans Montana (Suisse), la skieuse de Lac-Etchemin a joué de prudence pour finir à 1,82 seconde de la Suisse Laura Gut-Behrami qui s’est imposée pour une deuxième fois cette saison.

mathieu laberge
Sportcom

Classée 11e à la descente de samedi, Gagnon se dit encouragée de voir que tout rentre enfin dans l’ordre après trois sorties de piste consécutives ce mois-ci.

« Ces deux derniers jours, j’ai fait des descentes solides sans trop prendre de risques parce que je voulais vraiment amasser des points, mais aussi pour me donner un peu de confiance », a soutenu Gagnon à l’issue de l’épreuve où l’Autrichienne Tamara Tippler (+0,93 s) et l’Italienne Federica Brignone (+1,02 s) ont complété le podium.

Aux trois courses où j’étais sortie, j’avais pris des risques. [Finir mes courses], j’avais besoin de ça pour hausser ma confiance. Je sais que j’ai plus de vitesse, je m’entraîne avec les filles qui gagnent en ce moment et je suis dans leurs temps. Là, je joue le jeu pour améliorer mes points et avoir un meilleur dossard de départ.

Marie-Michèle Gagnon

En confiance, Gagnon souhaite poursuivre ce crescendo jusqu’aux Championnats du monde qui débuteront le 8 février à Cortina d’Ampezzo, en Italie.

« Ce qui est cool, c’est qu’avant, lorsque je jouais de prudence, ça me donnait une 25e place. Maintenant, c’est presque dans le top 10. Je vois que j’ai fait de belles améliorations dans mon ski. C’est encourageant et maintenant, à chaque course je vais essayer de prendre plus de risques. »