Laurent Dubreuil a été catégorique après la troisième et dernière journée de la Coupe du monde d’Heerenveen, dimanche, aux Pays-Bas. N’eût été la chute du Russe Ruslan Murashov, qui l’a forcé à recommencer son 500 m, le patineur de vitesse sur longue piste est persuadé qu’il serait monté sur le podium pour la deuxième journée de suite.

Sportcom

En voulant compléter son virage, Murashov a glissé vers le couloir extérieur qu’occupait Dubreuil, qui a pu éviter la collision. Le Lévisien n’a eu d’autre choix que de reprendre son 500 m plus tard dans des conditions qu’il juge « archiperdantes ».

Ça fait 20 minutes qu’il n’y a pas de patineur sur la glace, tu dois revenir et tu es censé faire une bonne course sans être en paire. Ça prend un surhomme pour être capable de faire un bon résultat dans ces circonstances.

Laurent Dubreuil

« On peut prendre n’importe quel patineur du groupe A et je ne pense pas qu’il aurait fait mieux que moi », a déclaré Dubreuil, qui n’avait jamais vécu pareille situation depuis le début de sa carrière.

« Ça démontre à quel point c’est rare ! », a-t-il lancé.

Celui qui a reçu la médaille d’argent sur cette distance samedi s’est finalement classé 15e en raison d’un temps de 35,139 s, soit 0,68 seconde de plus que le vainqueur, le Russe Artem Arefyev. Le Néerlandais Dai Dai Ntab a fini deuxième (+ 0,19 s), suivi de son compatriote Lennart Velema (+ 0,28 s).

« Je pense que ma course était très bonne, parce que je ne pouvais pas faire mieux. Je n’ai aucun doute que j’aurais gagné une médaille si le Russe n’était pas tombé et que j’avais pu faire ma course comme du monde. C’est vraiment poche et je suis quand même déçu. Je ne lui en veux pas, ce sont des choses qui arrivent, mais c’est dommage de ne pas voir le temps que j’aurais fait et que tout ça arrive dans une semaine où j’ai de bonnes jambes. »

Après deux départs effectués au 500 m, Dubreuil a lutté contre la fatigue pour participer à l’épreuve du 1000 m, où il a terminé au neuvième rang (+ 1,39 s). Les Néerlandais Thomas Krol et Kai Verbij ont signé le doublé et le Russe Pavel Kulizhnikov a reçu le bronze.

Faux départ pour Alex Boisvert-Lacroix

Pour sa part, Alex Boisvert-Lacroix s’est classé 16e du 500 m avec un chrono de 35,299 secondes. Après avoir connu un faux départ, le Sherbrookois a joué de prudence à sa deuxième tentative pour ne pas répéter son erreur et éviter la disqualification, ce qui l’a cependant ralenti dans son mouvement.

« J’al mal exécuté ma course techniquement. Je voulais rattraper mon adversaire plutôt que de me concentrer sur ma propre course. J’ai eu de la misère à bien déployer ma puissance dans le premier virage et eu du mal à bâtir ma vitesse par la suite, alors le reste du tour n’a pu être assez rapide », a-t-il analysé.

Boisvert-Lacroix retient néanmoins du positif de sa performance de dimanche.

Physiquement, je me sentais beaucoup mieux que samedi et beaucoup plus détendu, alors je suis content d’avoir corrigé ça. Les courses sont commencées, et la glace a été brisée. Je suis sûr que les choses vont continuer de progresser et j’ai déjà hâte à la fin de semaine prochaine, mais je suis aussi content d’avoir la semaine pour effectuer les ajustements nécessaires à l’entraînement.

Alex Boisvert-Lacroix

Du côté féminin, Béatrice Lamarche a pris le troisième rang du groupe B au 1000 m, puis un temps de 39,232 secondes l’a placée au 20e échelon de son deuxième 500 m de la fin de semaine. Samedi, elle avait fini 22e.

Valérie Maltais a quant à elle fini en 11e place du 3000 m, elle qui a gagné la médaille d’or à la poursuite par équipe de vendredi aux côtés de ses coéquipières Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann.

Les patineurs de vitesse sur longue piste s’entraîneront dans la ville bulle d’Heerenveen cette semaine en vue d’une deuxième Coupe du monde prévue la fin de semaine prochaine.