Marie-Michèle Gagnon était motivée et nerveuse avant de s’élancer à la Coupe du monde de descente de Crans Montana, vendredi, en Suisse. Sortie de piste au quatrième virage, son parcours aura toutefois été de courte durée.

Sportcom

Trentième à s’élancer sur la piste Mont Lachaux, Gagnon a été surprise par une portion endommagée du parcours, ce qui a immédiatement mis fin à sa course.

« C’est surprenant que j’aie fait cette sortie de piste. J’attaquais beaucoup ce virage-là dans les entraînements des derniers jours et je n’avais pas de problème, sauf qu’aujourd’hui, je suis passée dans un trou et ça m’a fait virer de tous bords tous côtés. C’était un peu dangereux, mais je m’en suis sauvée », a-t-elle raconté en entrevue à Sportcom.

Jeudi, l’athlète de Lac-Etchemin avait signé le cinquième temps à la descente d’entraînement, de quoi ajouter une touche de fébrilité dans le portillon de départ.

« Je me sentais nerveuse aujourd’hui (vendredi) parce que je savais que je pouvais bien faire, je me sentais bien et j’aimais la piste, a admis la skieuse de 31 ans. C’est difficile de dire si j’ai été trop raide ou si j’ai trop attaqué, car c’est arrivé tellement tôt dans la course que je n’en ai aucune idée. Là, ça fait trois courses d’affilée que je ne finis pas et c’est tannant, car je sais que je vais bien en entraînement. »

Marie-Michèle Gagnon aura l’occasion de se reprendre dès samedi lors de la deuxième épreuve de descente de cette Coupe du monde.