(Paris) L’Américaine Mikaela Shiffrin, triple vainqueure du gros globe de cristal (de 2017 à 2019), a tenu à tempérer mercredi les attentes pour la saison avant de skier samedi et dimanche à Courchevel, indiquant entre les lignes ne pas forcément viser le classement général.

Agence France-Presse

Mort de son père, retour avorté par la pandémie de coronavirus, problèmes au dos en octobre, Mikaela Shiffrin a été marquée par une année 2020 difficile. Revenue en novembre sur les slaloms de Levi (deuxième puis cinquième en Finlande), elle avait déclaré forfait pour les épreuves de vitesse à Saint-Moritz (Suisse) le week-end dernier, finalement annulées à cause de la météo.

« On a eu 20 jours de ski en pré-saison au lieu de 60 (à cause de la crise sanitaire). C’était super mais loin d’être suffisant pour se sentir préparée pour toute la saison de façon compétitive », a-t-elle expliqué lors d’un point de presse.  

« Ce ne serait pas réaliste ou pas très sage d’être dans une véritable course contre la montre à chaque compétition de la saison. Du coup j’essaie d’établir des priorités. C’est le plus intelligent. »

« Je n’ai pas utilisé mes skis de super-G ou de descente depuis Bansko (en janvier), ça fait longtemps. Je n’irai pas sur une course de vitesse sans pouvoir y être compétitive », a-t-elle ajouté à propos de son forfait à Saint-Moritz.

Sans courir en vitesse, lutter pour le classement général s’annonce compliqué étant donné que les meilleures skieuses sont presque toutes capables de marquer des points dans quatre ou cinq disciplines.

« J’espère revenir sur des courses de vitesse d’ici la fin de la saison, et pouvoir y skier en confiance, c’est ça le but », ajoute-t-elle.

« Certains de mes objectifs, des choses accomplies les saisons passées, je ne les envisage pas cette année », annonce-t-elle alors qu’elle avait terminé deuxième du classement général l’hiver dernier derrière l’Italienne Federica Brignone après avoir manqué les huit dernières courses.

« J’essaie de ne pas fixer des objectifs irréalistes ou irrespectueux des autres. Petra (Vlhova), Fede (Brignone), Michelle (Gisin), il y a de nombreuses skieuses très fortes en ce moment. Je ne me vois pas comme l’une d’entre elles », assure-t-elle avant de courir deux géants à Courchevel samedi et dimanche.