La présentation de la demi-finale canadienne de football universitaire au MacAulay Field de l'Université Mount Allison et la visite du Rouge et Or de l'Université Laval constituent tout un événement pour la petite municipalité de Sackville, au Nouveau-Brunswick.

Mis à jour le 16 nov. 2013
Jean-François Tardif LE SOLEIL

«Pour nous, c'est comme si Bruce Springsteen était en ville, a lancé à la blague l'entraîneur-chef Kelly Jeffrey au sujet de la Coupe Uteck. Ce match représente beaucoup... et pas juste pour les membres de l'équipe de football des Mounties. Il l'est pour notre université, mais aussi pour tous les gens de notre communauté.»

Hier soir, les étudiants de l'Université Mount Allison avaient organisé un grand rassemblement au centre-ville auquel devait prendre part le Père Noël, qui avait accepté de devancer d'une quinzaine de jours son défilé annuel afin d'être de la grande fête.

«Nous sommes très heureux de pouvoir affronter le Rouge et Or en demi-finale. Quand on rêve d'atteindre les plus hauts niveaux, il faut jouer contre les meilleurs si l'on veut devenir meilleur», a aussi dit Jeffrey. Conscient du défi qui attend ses Mounties, il a noté que ses joueurs doivent profiter au maximum de l'expérience qu'ils vont prendre cet après-midi. «J'ai le sentiment que nous n'avons rien à perdre mais qu'en revanche, nous donnerons tout ce que nous avons.»

Incertitudes infondées autour du terrain naturel

Au cours de la dernière semaine, on a abondamment parlé à Québec du MacAulay Field, un terrain naturel qui devait avoir des allures de champ de boue en fin de semaine. Pourtant, sa surface était en bien meilleur état que ce qui avait été anticipé par plusieurs membres du Rouge et Or.

«Il fallait en prendre et en laisser, a indiqué Glen Constantin, l'entraîneur-chef du Rouge et Or. Les Mounties ne s'entraînent pas sur ce terrain-là et ils ont joué leurs deux derniers matchs sur la route. Le terrain est donc bien utilisé, et la météo a quand même été bonne pendant toute la semaine. Il est donc moins vaseux qu'en Saskatchewan en 2005 et même qu'à Queen's en 2009.»

Comme le reste de ses coéquipiers, le quart-arrière Alex Skinner a été agréablement surpris par l'état du terrain. «C'est vraiment moins pire que ce à quoi on s'attendait. Plus jeune, c'est certain que l'on a tous joué sur un terrain en beaucoup moins bonne condition que celui-là. Nous avons vu pas mal pire.»

C'est avec plus de 200 paires de souliers à crampons que le Rouge et Or a fait le voyage à Sackville. Des souliers pouvant permettre aux joueurs d'évoluer dans toutes les conditions de terrain possible. Parmi ceux-ci, les souliers utilisés lors du match de la Coupe Vanier de 2006 disputé sur une surface gelée.

Pour la première fois de l'histoire du Rouge et Or, les joueurs auront leur nom au dos de leur chandail. Une exigence de SIC.... Comme c'est souvent le cas à la veille de matchs cruciaux, les Lavallois avaient échangé entre eux leurs chandails lorsqu'ils ont sauté sur le terrain du MacAulay Fields pour leur dernier entraînement avant la rencontre d'aujourd'hui. Une stratégie qui avait pour but de berner les espions qui auraient voulu prendre des notes...