Si le début du mois de juillet a été difficile pour l'Impact, il a été plus plaisant pour Kevin Cossette qui a fait ses débuts avec l'équipe première. Arrivé à la croisée des chemins l'hiver dernier, le jeune milieu de terrain de 20 ans a depuis mis les bouchées doubles pour atteindre son but: jouer avec l'Impact.

Pascal Milano LA PRESSE

Certaines conversations changent parfois le cours d'une carrière, voire d'une vie. Celle entre l'entraîneur de l'Académie de l'Impact, Philippe Eullaffroy, et Kevin Cossette a littéralement servi de déclic pour le milieu offensif de 20 ans.

Alors que le jeune joueur se questionnait sur la suite de sa carrière, Eullaffroy l'a mis au pied du mur lors d'une discussion de plus de 45 minutes, en janvier dernier.

«Il savait que la saison 2010 était sa dernière avec nous. Je lui ai donc fait comprendre qu'il avait encore un an pour faire ses preuves. Qu'il avait le potentiel technique, tactique et physique pour le faire, mais que son seul problème pour passer à un plus haut niveau était mental.»

Ces propos sont allés droit au but. Le joueur de Saint-Hyacinthe, qui a débuté au soccer à l'âge de 9 ans, a alors dégagé ses interrogations en touche et mis les bouchées doubles.

«C'est là où j'ai pris conscience de ce qui pouvait m'arriver et ne pas m'arriver, a d'ailleurs avoué Cossette. Je pensais avoir connu une très bonne saison en 2009 avec l'Attak, mais des fois, c'est bon de se faire remettre sur terre par un entraîneur qui nous dit sur quoi travailler. Je l'ai pris du bon côté.»

Cette volonté retrouvée s'est vite matérialisée sur le terrain avec une succession de bonnes performances, avec l'Académie, dans la Ligue canadienne de soccer (LCS). Et qui ne sont pas passées inaperçues.

«Sa progression a été énorme, a constaté Eullaffroy. J'ai vu un Kevin Cossette en lettres majuscules. À tous les entraînements, à tous les matchs, j'ai vu un gars qui s'est donné à 100%. L'un des seuls qui ressortait tout le temps, c'était lui.»

C'est donc sans surprise que le coach de l'Académie a eu de bons mots au sujet de Cossette lors de ses fréquentes discussions avec Marc Dos Santos.

Entre joueurs blessés, suspendus et décevants, le numéro 32 s'est taillé une petite place sur le banc de l'Impact à la fin du mois de juin. Après un contretemps administratif contre les Whitecaps de Vancouver, c'est finalement le 3 juillet dernier, à Rochester, qu'il a fait ses grands débuts dans la deuxième division de la USSF.

Un mélange de nervosité, d'excitation puis de soulagement a alors traversé son corps au moment de s'échauffer puis de fouler la pelouse.

«Quand on m'a dit que j'allais entrer dans 2-3 minutes, j'ai commencé à avoir des papillons dans l'estomac, a-t-il indiqué. Puis une fois sur le bord du terrain, quand je savais que j'entrais pour de vrai, c'est là que je me suis laissé aller. Parce que c'est cela que j'ai toujours voulu faire. J'ai oublié le stress, je me suis assuré de faire un premier bon contrôle, une première bonne passe puis après tout s'est bien déroulé.»

Rapide et explosif

Avant de se blesser à une cheville lundi dernier à l'entraînement, Cossette a eu le temps de disputer une trentaine de minutes avec l'Impact en trois rencontres. Un temps de jeu certes limité mais qui lui a permis de laisser entrevoir de belles choses.

«Il est très rapide, très explosif avec un excellent pied gauche, a noté Dos Santos. Il peut apporter beaucoup d'énergie, surtout dans les dernières parties du match. Sans les comparer, il a des caractéristiques qui me font beaucoup penser à Fabio Coentrao.»

Comme le joueur portugais, Cossette est un véritable homme de couloir, capable d'effectuer des centres de très grande qualité. S'il se dit plus à l'aise au milieu de terrain, il a également la capacité de jouer comme arrière gauche.

Pourrait-il - comme Coentrao - occuper ce poste si la situation et la concurrence l'exigeaient? En plus de l'avoir fait à quelques occasions avec l'Académie, il possède une certaine expérience de la position.

«J'y ai déjà joué pendant deux saisons, au Collège Champlain, a souligné Cossette. On axait notre jeu sur le côté droit et je m'occupais de tout le couloir gauche. C'est sensiblement le même jeu, sauf que défensivement, il faut être davantage concentré sur certaines choses.»

Avec sa blessure inopportune et l'arrivée de nouveaux joueurs au sein du groupe, son statut pourrait changer dans les prochaines semaines. Il reste à voir s'il va continuer à s'entraîner avec l'Impact et à accumuler des minutes de jeu.

À court terme, c'est évidemment le souhait du joueur qui reconnaît être arrivé dans un «moment difficile pour l'équipe». Un joueur dont le visage s'illumine lorsque l'on évoque la Major League Soccer (MLS). «Je veux justement rester dans le groupe pour entrer en MLS en 2012», a-t-il lancé sans hésitation.

Sans présumer de l'avenir et brûler les étapes, il peut encore et toujours compter sur l'appui d'Eullaffroy dans son ascension.

«Le potentiel, je pense qu'il l'a, même si sa phase d'apprentissage n'est pas encore finie. Il découvre actuellement le plus haut niveau avec l'équipe professionnelle. La MLS, ça va être une ou deux coches au-dessus.

«Mais si l'année prochaine, il montre qu'il peut jouer en USSF2, ça donnera une indication sur sa capacité à évoluer en MLS. À 22 ans, ce serait un bon âge pour commencer à ce niveau-là.»