La ville de Montréal a retiré sa candidature en vue de l'implantation d'un club d'expansion dans la Major Soccer League en 2011 a annoncé le commissaire Don Garber, vendredi, lors de la présentation annuelle du bilan de santé de la ligue.

ASSOCIATED PRESS

«Ils ne sont plus dans la course en vue de la prochaine ronde d'expansion, a précisé Garber. Je ne crois pas que le projet soit disparu à tout jamais, mais il l'est pour l'instant.»

Au moins six villes sont encore en lice, incluant Vancouver et Ottawa au Canada, et Atlanta, Miami, St. Louis et Portland en Oregon. Des représentants de Vancouver, d'Ottawa, de Miami et de Portland ont rencontré les membres du conseil d'administration cette semaine, a également mentionné Garber.

Seattle se joindra au circuit la saison prochaine, et Philadelphie suivra en 2010.

Selon Garber, la délégation montréalaise - menée par Joey Saputo et George Gillett - l'a informé au cours des derniers jours de problèmes potentiels.

«Les dirigeants de Montréal ont dû évaluer quels types de capitaux privés étaient nécessaires pour refinancer leur stade et obtenir les fonds nécessaires pour payer les frais exigés pour l'expansion, et quel type de soutien public ils obtiendraient, a expliqué Garber. Je ne suis pas sûr qu'ils aient pu obtenir les garanties nécessaires dans le type d'environnement économique qui prévaut.»

Parmi les représentants des villes candidates ayant rencontré le conseil d'administration de la MLS, «Ottawa nous a fortement impressionnés», a déclaré Garber.

«Ils nous ont fourni des informations détaillées quant à l'endroit où ils comptent bâtir leur stade. Leur présentation ne se limitait pas à leur façon de bâtir le stade, mais expliquait aussi comment ils feraient grandir le sport.».

Garber a qualifié la présentation des représentants de Vancouver de «l'une des meilleures que j'ai jamais vues, et j'ai été impliqué dans des projets d'expansion (dans la NFL) dans le passé».

Mais le commissaire a pris la peine de rappeler qu'une expansion au Canada pourrait menacer la progression du soccer aux Etats-Unis.

«Nous ne faisons pas beaucoup d'affaires au Canada aujourd'hui, a précisé Garber en faisant allusion aux commanditaires de la ligue. Plus nous ajoutons d'équipes là-bas (au Canada), plus cela affecte nos possibilités de croissance et nos cotes d'écoute aux Etats-Unis.»

Le commissaire a admis être intrigué par les candidatures de Portland et de Miami, qui est menée par le FC Barcelone. Le Fusion de Miami a évolué dans la MLS entre 1998 et 2001 avant de cesser ses opérations.

«Si nous retournons à Miami, il faut être certain de faire les choses de la bonne manière, a avisé Garber. Barcelone pourrait investir dans plusieurs pays, mais ils croient en ce pays et au développement du sport ici.»

Garber a également admis qu'il aimait l'idée d'une rivalité tripartite mettant aux prises Portland, Seattle et Vancouver.

«Nous croyons au principe des rivalités entre associations.»