Montpellier, revenu à la hauteur de Bordeaux, et Lyon (3e), de retour sur le podium, ont relancé le suspense en tête en profitant du report du déplacement du leader au Mans, samedi et dimanche lors de la 26e journée du Championnat de France, alors que l'OM, vainqueur du PSG (3-0), reste à l'affût.

Mis à jour le 28 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le calendrier totalement bouleversé des Girondins (2 matches en retard) fausse quelque peu la donne en tête du classement, mais une chose est sûre: le champion sortant a grillé tous ses jokers et devra se méfier jusqu'au bout de ses deux concurrents.

Personne ne misait sur une telle résistance de Montpellier, mais le promu reste bel et bien au contact après son net succès contre Rennes (3-1) grâce notamment à un doublé de Marveaux. Le choc au sommet contre Bordeaux, dimanche prochain au stade Chaban-Delmas, devrait fournir une meilleure idée sur les réelles chances des Héraultais de maintenir leur rythme insensé et de devenir un candidat crédible pour le titre.

Si les joueurs lyonnais ont un nouvel appétit et évoquent ouvertement la quête de la première place depuis le succès obtenu contre le Real Madrid en Ligue des champions (1-0), le 16 février, une place parmi les trois premiers et une qualification en C1 feraient déjà le bonheur du président Jean-Michel Aulas en fin de saison. La victoire contre Nice (2-0) a en tout cas rapproché l'OL de cet objectif.

Marseille, de nouveau roi du classico face au Paris SG, reste en embuscade (4e), à une longueur du podium. Ben Arfa a dignement fêté son retour en équipe de France en crucifiant les Parisiens d'une magnifique reprise avant les derniers coups de poignard donnés par Lucho et Cheyrou.

Pour le PSG, 12e, il s'agira maintenant de calmer l'impatience des supporteurs, qui ont conspué leur équipe au coup de sifflet final.

Contrecoup

Vu la cadence imprimée par les équipes de tête, les autres formations n'ont quasiment déjà plus grand-chose à espérer. Lille (5e), battu à domicile par Auxerre (2-1) et un doublé de Contout, a sans doute payé le contrecoup des efforts déployés contre Fenerbahçe, jeudi, pour arracher son billet pour les 8e de finale de l'Europa League.

Monaco (7e), victorieux de Boulogne 1-0, est de son côté déjà relégué à sept points du podium après avoir joué les premiers rôles pendant plusieurs semaines.

La messe est également dite pour Toulouse (11e), qui a battu Lens sans convaincre (1-0) et surtout sans son principal atout, Gignac, blessé.

En bas de tableau, Grenoble, la lanterne rouge, a parfaitement préparé la venue du Mans (18e) la semaine prochaine, un match qui conditionnera l'avenir des deux équipes, en allant battre Nancy (2-0). Les Isérois, qui étaient quasiment condamnés à la relégation, peuvent peut-être croire à l'impossible après ce premier succès à l'extérieur, le 3e en championnat.

Pour Saint-Étienne (16e), la fin de saison sera également emprunt de suspense après la défaite concédée à Valenciennes (1-0). Les Verts se croyaient à l'abri d'une rechute depuis la nomination de Christophe Galtier au poste d'entraîneur en décembre, mais ils devront lutter jusqu'au bout.