Bordeaux n'a pas réussi à éloigner l'un de ses principaux concurrents pour le titre en étant contraint au nul par Marseille (1-1), dimanche, en clôture d'une 20e journée du Championnat de France marquée par le réveil de Lyon et le fiasco à Lille du PSG.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les Marseillais ont longtemps cru être les victimes d'une décision contestable de l'arbitre, M. Duhamel, qui a validé un but après une charge de Chamakh sur Mandanda juste avant la pause. Mais Cheyrou a rétabli une sorte de justice en égalisant en fin de match, préservant surtout un semblant de suspense d'ici la fin du championnat.

Si l'OM et Lyon restent toujours largement distancés par Bordeaux (11 points de retard), l'addition aurait pu être bien plus lourde en cas de succès des hommes de Laurent Blanc. Même si à moins d'une catastrophe et d'une chute libre lors de la seconde partie de la saison, le titre semble promis aux Marine et Blanc, une partie de l'intérêt de la L1 a été préservée par la vaillance des Marseillais au stade Chaban-Delmas.

Outre l'échec girondin contre l'OM, cette 20e journée a également été celle du réveil de l'OL. Les Lyonnais jouaient gros à l'occasion de la reprise du championnat après la mini-trêve hivernale. Sans encore donner toutes les garanties dans le jeu, les hommes de Claude Puel, vainqueurs à Nancy (2-0), ont su étouffer une crise sportive latente pour se hisser à une 5e place pas encore tout à fait en rapport avec leur standing.

Les espoirs de titre paraissent désormais bien improbables, mais le président Jean-Michel Aulas peut toujours croire à une accession en Ligue des champions, le minimum vital pour son club.

La force de frappe du Losc

Paris est lui bien loin de ces considérations. En début de saison, les dirigeants avaient pointé l'Europe comme leur cible prioritaire, mais cette entame de 2010 a de quoi doucher leurs espérances.

La sévère défaite concédée à Lille (3-1) est en effet intervenue trois jours après une humiliation subie en Coupe de la Ligue à Guingamp (1-0), faisant douter des réelles capacités de cette équipe à rejoindre le haut du tableau.

Dixième à sept points du podium, Paris semble à sa place alors que se profilent la venue de Monaco (mercredi) et un déplacement à hauts risques à Lyon (le 31 janvier).

Ce revers a surtout permis de mettre de nouveau en valeur la force de frappe lilloise. Le Losc, dauphin de Bordeaux (7 points de retard), a enchaîné avec sa 7e victoire d'affilée en L1 et prouvé que le départ à la CAN de son meilleur buteur, l'Ivoirien Gervinho (11 buts), n'avait en rien altéré sa redoutable efficacité (26 buts marqués en 7 matches).

Derrière, de petites formations continuent également de surprendre à l'image du promu montpelliérain qui a dominé Nice (1-0) pour rester sur le podium (3e).

Monaco poursuit de son côté sa remontée (6e). Après avoir terrassé Montpellier (4-0) mercredi, l'ASM a croqué Sochaux (2-0) grâce à un doublé de Nene, de nouveau en tête du classement des buteurs (12 buts).