Le championnat de France s'offre un final inespéré, avec des enjeux multiples éclipsés par la course au titre: Bordeaux, qui se déplace à Caen, n'a besoin que d'un nul pour être champion, tandis que Marseille y croit toujours et sera sacré avec un succès contre Rennes au Vélodrome conjugué à une défaite des Girondins.

AGENCE FRANCE-PRESSE

. COURSE AU TITRE

Et si on parlait de pression? Eric Gerets s'y connaît en la matière, lui qui avait pris l'OM en bas de classement pour le porter jusqu'aux portes du paradis. Le technicien belge, à l'issue de la 37e journée, s'est adressé à la presse en lançant: «Bordeaux est favori, écrivez-le en gros». Une façon de déplacer le stress sur les épaules girondines. Gerets en a rajouté une petite couche jeudi: «Je crois qu'il en faut un peu plus pour faire peur à Lolo (Laurent Blanc)». Une façon, cette fois, de bercer son adversaire tout en parlant du sujet.

Et Laurent Blanc a bien été obligé d'y venir devant les micros: «Je sais que je pratique de temps en temps la langue de bois, mais la pression on l'a. Caen l'a, Marseille l'a, Rennes l'a». La semaine girondine a en tout cas été placée sous le signe de Gourcuff, désigné meilleur joueur de L1 par ses pairs dimanche, avant de prolonger son union avec Bordeaux. Une épine dans le pied en moins pour le président Triaud. Mais, en résumé, Bordeaux, ville qu'on surnomme «La belle endormie», a été plongée comme jamais sous le feu des projecteurs. Trop?

. LUTTE POUR L'EUROPA LEAGUE

Les places en Ligue des champions sont déjà attribuées. Bordeaux et Marseille accéderont directement à la C1, tandis que Lyon passera par le tour préliminaire. Mais pour l'Europa League, remplaçante de la Coupe UEFA la saison prochaine, il y a quatre prétendants pour deux tickets (un de plus que d'habitude puisque Bordeaux, vainqueur de la Coupe de la Ligue, jouera la C1).

Toulouse et le Paris SG, 4e et 5e, comptent 63 points et sont sous la menace de Rennes et Lille, 6e et 7e, qui ont 61 points. Toulouse part favori, avec sa différence de buts confortable (+18) et la réception de l'OL qui n'a plus rien à jouer, avec des joueurs qui pensent +transferts+.

Le PSG devrait être dans une position confortable avec la venue de Monaco (12e) au Parc des Princes. Mais l'équipe parisienne a tellement déçu dans les moments décisifs cette saison. Sans parler d'une ambiance pourrie en interne par les règlements de compte, avec, dernier épisode en date, vendredi, une salve de Le Guen contre Roche, taxé dans le quotidien L'Equipe d'incompétent et médiocre.

Rennes «est capable de tout», a dit cette semaine le sélectionneur français Raymond Domenech, qui était en tribunes au Stade de la route de Lorient pour le premier match de la saison, un fantastique Rennes-Marseille (4-4). Mais l'OM est obligé de l'emporter pour espérer. Feu d'artifice en perspective?

Lille y croit encore, avec la réception a priori facile de Nancy (14e), mais la question est d'ordre mental pour des Lillois qui luttaient il n'y a pas si longtemps encore pour une place en Ligue des champions.