Manchester United est allé à Londres dimanche infliger un sérieux revers à Arsenal (3-1), dont les chances de se mêler à la course au titre de champion d'Angleterre semblent singulièrement réduites après cette 24e journée.

Nicolas Gaudichet AGENCE FRANCE-PRESSE

Almunia contre son camp (32), Wayne Rooney (37) et Ji-sung Park (52) ont jeté une lumière crue sur la fragilité défensive et la tendresse au milieu des Gunners, qui ont sauvé l'honneur par Thomas Vermaelen (80).

Si Chelsea remporte son match en retard à Hull mercredi, les Gunners compteront huit points de retard sur leurs rivaux londoniens avant d'aller les défier à Stamford Bridge la semaine prochaine... Ces mêmes rivaux qui étaient venus s'imposer 3 à 0 à l'Emirates Stadium en novembre.

De là à dire qu'Arsenal n'a pas le niveau, il y a un pas que les supporteurs des Red Devils, 2e à un point de Chelsea, ont franchi en tribunes: «This is how it feels to be small, this is how it feels to be a team that wins nothing at all» («Voilà ce qu'on ressent quand on est petit, voilà ce qu'on ressent quand on est une équipe qui ne gagne rien»).

«Enfants»

Arsenal a pu faire illusion une vingtaine de minutes, le temps pour Andreï Arshavin de gâcher un ballon de contre (3) et d'adresser un tir après avoir pris de vitesse Wes Brown (13). Les Gunners espéraient alors profiter de l'absence des deux cadres de la charnière des visiteurs, Rio Ferdinand (suspendu) et Nemanja Vidic (insuffisamment remis d'une blessure).

Mais sans leurs nombreux attaquants blessés, ils manquent singulièrement de poids offensif. Surtout, ils ont montré un manque d'ardeur défensif coupable et ont été étouffés par le milieu renforcé aligné par Alex Ferguson.

Sur le premier but (32), Gaël Clichy et Samir Nasri laissaient passer Nani, qui se débarrassait comme à la parade de Denilson pour aller tromper d'un joli lob astucieux un Manuel Almunia également fautif.

Sur le second, les Londoniens, notamment Nasri et Denilson, ne se donnaient guère de mal pour enrayer le contre emmené par Rooney et Nani et conclu par l'Anglais (37), qui aurait pu réussir un triplé (50, 90+3).

Sur le dernier, la défense était mise hors de position par le petit lob de Michael Carrick pour offrir à Park un duel avec Almunia que le Coréen gagnait calmement (52).

Le joli ciseau de Thomas Vermaelen (80), détourné par Wes Brown dans ses filets, ne faisait que réveiller l'espoir aussi fou qu'éphémère de l'Emirates Stadium, où Manchester était venu s'imposer sur le même score en Ligue des champions la saison passée.

Le latéral de United Patrice Evra avait alors évoqué le triomphe «d'hommes» sur des «enfants». Ce jugement lapidaire reste valable.