Chelsea, handicapé par l'exclusion de John Terry en première période, a perdu l'occasion de prendre la tête du championnat d'Angleterre, toujours dominé par Liverpool, en concédant le match nul (0-0) sur la pelouse d'Everton, lundi en clôture de la 18e journée.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Huit fois cette saison, Chelsea avait vaincu en territoire adverse, un sans faute. Huit fois, les Blues de Scolari s'étaient imposés, souvent avec brio, toujours avec maîtrise. Certes, ils n'avaient jamais conquis la pelouse d'un des six premiers du classement Mais tout de même, ce record (qui s'étendait à 11 rencontres en incluant la saison passée) était significatif.

Surtout, il avait permis à Chelsea de talonner Liverpool en tête de la Premier League et compenser la triste forme à domicile des Londoniens (deux défaites, 14 points perdus).

Mais dans son antre de Goddison Park, Everton a résisté. Ou plutôt, Chelsea a résisté car pendant une heure, il a joué sans son défenseur central John Terry, exclu pour un horrible tacle sur Leon Osman (35). Ce match nul empêche les Londoniens de prendre la tête du classement et de profiter pleinement des points perdus par Arsenal et Liverpool dans leur affrontement dimanche (1-1). Les Blues restent à une longueur des Reds.

Plus grave, Terry sera suspendu pour les trois prochains matches (deux de championnat et une de Coupe d'Angleterre).But refusé à Pienaar

Everton a comme d'habitude montré beaucoup de coeur et d'envie mais sans attaquant (Saha, Yakubu, Anichebe et Vaughn sont blessés), ils n'ont vraiment été dangereux que sur quelques centres repris de la tête par Fellaini (12, 52) ou Lescott (77). Le premier nommé a ensuite été tout près de donner la victoire aux siens d'une subtile déviation (78) alors que Pienaar a vu son but logiquement refusé pour hors-jeu (84).

Dangereux, Chelsea ne l'a lui jamais été, pas à 11 et encore moins à 10 où Drogba avait remplacé Anelka à la mi-temps, clairement plus un changement tactique qu'une sanction pour l'attaquant français.

Mais avec les Blues à 10 et Everton sans attaquant, on ne pouvait pas espérer plus qu'un spectacle moyen. C'est ce que l'on a eu. Chelsea s'en contentera peut être mais les Blues font du surplace : 6 points pris seulement sur les 15 derniers possibles et un jeu collectif qui s'effrite et se perd match après match.

Ce week-end, depuis le Japon, Manchester United, quatrième à sept points de Liverpool avec deux matches de retard, a peut-être gagné bien plus que le titre de champion du monde des clubs.