Chelsea et Arsenal se disputeront la suprématie londonienne, dimanche lors de la 15e journée du Championnat d'Angleterre, pendant qu'United entendra démontrer qu'il règne toujours sur Manchester, malgré les pétrodollars émiratis de City.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Coleader avec Chelsea, Liverpool reçoit West Ham lundi, avec pour mission de se rassurer, malgré la nouvelle blessure de l'attaquant espagnol Fernando Torres. Depuis leur splendide victoire à Chelsea fin octobre (1-0), les Reds sont moins convaincants.

Mais les Blues ne sont pas non plus à l'abri d'un faux pas. Après la «tempête Gallas», Arsenal espère avoir retrouvé un semblant de sérénité grâce à sa victoire sur le Dynamo Kiev (1-0), synonyme de qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions.

Et comme le relève l'entraîneur de Chelsea, le Brésilien Luiz Felipe Scolari, «Arsenal est meilleur» dans les gros matches. Récemment défait à l'Emirates Stadium (2-1), l'entraîneur de United, Alex Ferguson, a payé pour s'en rendre compte.

Arsenal, 5e à dix points des leaders après cinq défaites (dont deux lors des deux dernières journées), est en quête urgente de points. Son entraîneur, Arsène Wenger, a sans doute noté que personne n'avait été sacré depuis 2001 en s'étant incliné six fois.

Les Gunners trouveront une équipe de Chelsea déçue de son match nul à Bordeaux en Ligue des champions (1-1).

Troisième à huit points (et un match en plus à disputer), United doit l'emporter à City. Pour rester à distance raisonnable des leaders et pour ne pas mettre dans l'embarras Ferguson et le buteur Wayne Rooney, qui ne cachent pas leur mépris pour leurs rivaux.

«S'ils gagnaient des trophées, cela m'ennuierait. Mais comme ils sont en milieu de classement, ils ne me gênent pas trop», a déclaré Rooney. Ferguson, lui, avait rebaptisé le stade de City le «Theatre of Doom» («Le théâtre de la ruine»).

Aston Villa tentera samedi d'asseoir sa 4e place, qualificative pour la Ligue des champions, face à Fulham.