L’équipe de soccer de France a triomphé en tirs de barrage sur sa rivale du Portugal durant les quarts de finale de l’Euro vendredi. Les membres des diasporas de ces deux communautés, bien représentées à Montréal, se sont rassemblés dans les bars et cafés pour partager ces moments forts en émotion avec les leurs. La Presse leur a rendu visite.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Alexandre Herculano (au centre gauche) est copropriétaire du Bar St-Laurent Frappé depuis 18 ans. « Pendant les matchs du Portugal, c’est toujours comme ça », explique-t-il. Il est lui-même originaire du Portugal, tout comme les autres propriétaires. Le bar a ouvert ses portes il y a 30 ans et est depuis un endroit de choix pour la communauté. « On reconnaît des visages, mais il y a du nouveau monde aussi », poursuit-il. Il est accompagné, de gauche à droite, de Camille Nerrdy, Mimmo Carvalho et Bozena Dzedina, qui forment une partie de l’équipe du bar.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Juste à côté du St-Laurent Frappé, Mélanie Gouveia, Oksanna Demenezes, Bianca Demenezes et Carolina Pontes écoutent le match du trottoir devant le café Cookies, faute de place à l’intérieur. Elles sont venues « soutenir [leur] équipe et fêter avec tous les beaux Portugais sur le boulevard Saint-Laurent », dit Mélanie Gouveia. Le propriétaire du café, Steve Coussa, qui n’est pas portugais, a flairé l’aubaine lorsqu’il a démarré son entreprise le mois dernier. « Nous, on a pensé d’avoir le match aussi pour que les familles puissent rentrer », puisque l’accès aux bars du coin leur est fermé.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

La diaspora portugaise est présente à Montréal depuis le début des années 1950. Elle s’était d’abord établie dans un secteur du Plateau Mont-Royal près du boulevard Saint-Laurent. Selon le consulat du Portugal à Montréal, ces premiers Portugais ainsi que leurs descendants rassemblent plus de 60 000 personnes dans la région métropolitaine.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Caroline Campos Ferreira, d’origine franco-portugaise, n’était pas très tiraillée durant le match. « Le cœur va toujours vers le Portugal, explique-t-elle. La France, elle m’a fait rêver en 1998 [quand elle a remporté la Coupe du monde], mais maintenant c’est le Portugal. » Son frère David Campos Ferreira est du même avis. « C’est le seul sport dans lequel le Portugal est compétitif. »

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

À quelques centaines de mètres, rue Saint-Denis, les supporters français ont pris d’assaut le bar L’Barouf pour célébrer leur victoire. Grégoire Mottier (à droite), en compagnie de Timothé Soudet (à gauche), décrit une atmosphère « incroyable, on a l’impression de retrouver un petit peu le pays. […] Ça fait plaisir de se retrouver entre compatriotes ». L’équipe de France doit affronter l’équipe d’Espagne en demi-finale le mardi 9 juillet. « Ça va être très compliqué », prédit M. Mottier, réaliste.

PHOTO MARIKA VACHON, LA PRESSE

Le Championnat de football d’Europe se poursuit jusqu’au 14 juillet, jour de la fête nationale en France. Coïncidence ?