Des courses effrénées. Du jeu spectaculaire. Du chaos, des chances ratées, des buts. Et pour finir, une séance de tirs au but au drame de tous les instants, qui a vu le Canada remporter sa place en demi-finale de la Copa América.

Non, vraiment, tout y était, dans ce quart contre le Venezuela à Arlington, au Texas. Maxime Crépeau, après son erreur sur le but égalisateur des Vénézuéliens, a montré que ses nerfs étaient faits d’adamantium en bloquant deux penaltys.

« Les émotions sont encore hautes !, a lancé le gardien québécois au micro de TSN, après la rencontre. […] Tout le monde doit réaliser que ce pays, et ses joueurs, méritent le respect. On dit “ah, ces Canadiens…”. Eh bien ces Canadiens sont semi-finalistes. »

PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS

Le gardien québécois Maxime Crépeau a bloqué deux penaltys durant la séance de tirs au but.

Le comble de la joie pour les Québécois ? Moïse Bombito, qui avait été à la source de la bourde permettant au Venezuela de faire 1-1 à la 64e, a marqué le premier tir de pénalité de sa carrière professionnelle. Et qui d’autre qu’Ismaël Koné, dans la ronde de tirs en mode mort subite, pour réussir le tir final, tout en douceur, et porter le Canada en demi-finale.

« Tu vois le sourire sur mon visage ?, a répondu Koné devant le journaliste Matthew Scianitti. C’est ce que ça représente de jouer pour mes frères. […] Cette fraternité, elle veut tout dire pour moi. On a encore un long chemin devant nous, et on veut montrer au monde ce qu’on est capables de faire. »

PHOTO JUAN MABROMATA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Ismaël Koné marque le tir final.

Les Rouges retrouveront l’Argentine de Lionel Messi, mardi soir, au New Jersey.

Shaffelburg, l’homme du match

Dès l’entame de ce Venezuela-Canada, le contraste avec les 120 minutes soporifiques disputées par la France et le Portugal, quelques heures plus tôt, était frappant. L’intensité était à son comble au AT&T Stadium des Cowboys de Dallas.

Ce rythme, il a été dicté par les hommes de Jesse Marsch. L’entraîneur a toujours été reconnu pour son jeu axé sur la pression haute sur le terrain, donnant lieu à des revirements de la part de ses adversaires et, donc, des contre-attaques qu’il souhaite rapides. La prestation canadienne, particulièrement en première période, a été à cette image.

Et dans ces paramètres, l’étoile de Jacob Shaffelburg n’a jamais autant brillé que vendredi soir. Le Messi des Maritimes – ce surnom n’est pas de notre cru – a été tout feu tout flamme dans son couloir gauche.

À la 13minute, Alistair Johnston a remis rapidement le ballon en touche. Jonathan David s’en est emparé, s’est amené dans la boîte, pour ensuite servir le ballon à Shaffelburg.

Le Néo-Écossais ne pouvait faire autrement que de marquer de l’embouchure. L’ailier, qui joue son foot professionnel à Nashville, a célébré ce but du 1-0 en allant chercher le maillot de son coéquipier Tajon Buchanan, blessé à l’entraînement cette semaine. Il l’a levé au bout de ses bras, en l’honneur du joueur qui regardait le match d’une loge dans l’enceinte, autrement remplie de Vénézuéliens en délire pendant tout le match.

PHOTO JUAN MABROMATA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Jacob Shaffelburg célèbre après avoir marqué un but.

« C’est un jeu anodin, une remise en touche, a analysé Johnston, tout sourire, avec TSN. Mais qui s’amène au deuxième poteau ? Notre ailier qui joue au loin. C’est un joueur spécial, et je suis vraiment content pour lui ! »

Shaffelburg a continué de se faire dangereux pendant toute la période. Mais malheureusement, les nombreuses occasions canadiennes ont pris la direction de la grande majorité de ses précédentes dans ce tournoi : c’est-à-dire, loin du fond de la cage adverse. Il y a eu la chance de Cyle Larin, de loin, quelques instants avant le but. Celle de Shaffelburg, encore lui, qui nous a prouvé à nouveau à quel point il y avait de la place pour opérer pour les Rouges.

Puis celle de Jonathan David, à la 26minute, seul devant le gardien adverse en contre-attaque, après une passe parfaite du buteur néo-écossais. Ça aurait pu facilement être 3-0 pour le Canada à ce moment. Et peut-être même 4-0, si Larin avait pu mettre le pied sur cette passe parfaite de Laryea à la 30e.

« Les deux derniers matchs, les gens vont dire qu’on aurait dû marquer plus de buts, a convenu Jesse Marsch en conférence de presse. Et la vérité, c’est qu’on devrait en marquer plus. Mais c’est quand même deux grosses performances contre de très bonnes équipes. »

« On peut voir que cette équipe grandit, a-t-il ajouté. On a une gigantesque tâche devant nous en demi-finale devant la meilleure équipe au monde. On est excités, mais pas satisfaits. »

Le calme de Koné

Le Venezuela a eu ses chances, lui aussi. Surtout après une certaine baisse de régime des Canadiens.

Cette montée en puissance des favoris de la foule s’est confirmée en deuxième période. Et le manque d’opportunisme canadien lui a coûté cher : à la 64e, Salomón Rondón a profité d’une mauvaise lecture de Bombito sur une passe lobée vers l’arrière. Le plus grand buteur du Venezuela a décidé de jouer de finesse en envoyant un long, très long ballon au-dessus d’un Crépeau sorti loin de sa boîte… qui a trouvé son chemin parfaitement dans la cage canadienne.

PHOTO JUAN MABROMATA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Vénézuélien Salomón Rondón célèbre son but.

Les hostilités se sont poursuivies à un niveau essoufflant jusqu’au coup de sifflet final.

Dans cette Copa, pas de prolongation, on va aux tirs au but directement. Les Vénézuéliens ont pensé avoir pris l’ascendant en réussissant deux de leurs trois premiers tirs… avant que Bombito ne marque malgré le faisceau lumineux dans son visage, puis que Crépeau s’impose sur deux des trois derniers tirs.

Ne manquait que le tir de Koné, au visage de glace, pour confirmer l’arrivée tant attendue du Canada sur la scène du foot international. Quel sang-froid pour le nouveau Marseillais de 22 ans.

« La meilleure façon d’aller chercher ce respect, c’est en gagnant des matchs, a estimé Marsch. On méritait de gagner ce match, même si c’est un nul ! Les penalties, c’est 50-50. On était la meilleure équipe. »