(Montréal) Joueront-ils tous, et si oui, combien de temps passeront-ils sur le terrain ? Les réponses à ces questions demeuraient inconnues, vendredi matin, mais ce qui est sûr, c’est que le CF Montréal reverra en uniforme quelques-uns de ses éclopés, et pas les moindres, pour un affrontement qui ne sera pas une sinécure, samedi soir au stade Saputo.

En prévision de la visite du Real Salt Lake, la crème de l’Association Ouest de la MLS, les attaquants Matías Cóccaro, Kwadwo Opoku et Mason Toye seront disponibles pour Laurent Courtois.

En revanche, bien que l’entraîneur-chef a indiqué en matinée vendredi que Josef Martínez allait lui aussi pouvoir revenir au jeu, lors d’une disponibilité média qui a précédé la séance d’entraînement de l’équipe au Centre Nutrilait, il appert que le Vénézuélien figure toujours sur la liste des blessés fournie par la MLS, publiée en soirée.

« D’avoir tous les gars ensemble apporte une dynamique tout à fait différente », avait souligné Courtois.

« Tous les joueurs veulent gagner leur place, tous les joueurs veulent montrer à quel point ils sont compétitifs. Aussi, vous pouvez répartir les répétitions à l’entraînement. Ce n’est plus nécessaire de se tourner continuellement vers les mêmes joueurs », a-t-il ajouté.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Josef Martínez

Avant de tous deux subir des blessures à un genou, Cóccaro avait récolté trois buts et une aide en sept sorties, tandis que Martínez avait amassé deux buts et trois aides, également en sept matchs.

Cela dit, autant Cóccaro et que Martínez n’ont pas foulé une pelouse d’un terrain de la MLS lors d’un match depuis le 13 avril face au Cincinnati FC, tandis que Toye n’a pas joué depuis une prestation qui n’a duré que six minutes, à titre de réserviste, contre Columbus le 15 mai.

De son côté, Opoku n’a participé qu’à deux rencontres, la dernière remontant au 2 mars à Dallas, match qu’il avait amorcé, mais lors duquel il avait finalement été limité à 11 minutes d’action.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Mason Toye

« Nous avons plusieurs joueurs qui ne sont pas tout à fait en condition optimale pour un match, en termes de minutes jouées, et nous allons devoir être prudents. Il nous faudra être judicieux dans la gestion du match et par rapport au nombre de substitutions auxquelles nous avons droit », a fait remarquer Courtois.

« À cet égard, c’est encore un peu un casse-tête. Mais comme j’ai mentionné, le fait d’avoir tout le monde en santé à l’entraînement amène un rythme complètement différent. Nous verrons comment ça va aller. »

Le CF Montréal disputera un premier match depuis un verdict nul de 2-2 sur le terrain de l’Union de Philadelphie, le 1er juin dernier. Selon Courtois, la pause de deux semaines a eu des bienfaits.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

Kwadwo Opoku

« Ça nous a permis d’évaluer, de faire des bilans et des constats sur des choses, et de pouvoir repenser, anticiper ou continuer, car il y a des choses qui allaient très bien aussi. Une grande partie de cette pause visait aussi à permettre à des joueurs de retrouver la santé et de restaurer le moral des troupes. En ce sens, les deux dernières semaines ont été vraiment bénéfiques », a estimé Courtois.

Le CF Montréal (4-7-5 -17 points) retrouvera ses partisans au cœur d’une modeste séquence de trois matchs sans défaite (1-0-2). On insiste sur le terme « modeste » parce que celle du Real Salt Lake (9-2-6 -33 points) s’étend sur une période de 13 parties (8-0-5) et a commencé le 23 mars avec un gain de 2-1 dans le château fort des Whitecaps de Vancouver.

« C’est impressionnant de voir à quel point (le Real Salt Lake) peut être à l’aise de jouer sous pression, et j’aime beaucoup son identité au ballon. Aussi, il a des joueurs spéciaux à l’avant qui peuvent faire une différence », a noté Courtois.

« Mais ce qui est peut-être plus impressionnant, c’est son niveau de résistance. (Salt Lake) a plusieurs fois été dans de mauvaises situations et a été capable de renverser le scénario du match. Donc, il y a de nombreux signes pour nous alerter que Salt Lake est vraiment une bonne équipe en ce moment. »

Quand Courtois a parlé de « joueurs spéciaux » à l’avant, il faisait certainement allusion au Colombien Cristian Arango, qui domine la MLS avec 16 buts marqués. Peut-être avait-il aussi une petite pensée pour Andres Gomez, un autre Colombien âgé de seulement 21 ans, qui a amassé huit buts.

À eux deux, d’ailleurs, ils comptent un but de plus que l’ensemble du CF Montréal.

« Ils forment une équipe confiante, et ils marquent beaucoup de buts, surtout leur attaquant (Arango) », a reconnu le défenseur George Campbell.

« Toutefois, je pense que nous avons réalisé, en regardant des vidéos, que (Arango) veut toujours tirer au but. En tant qu’équipe, nous savons qu’ils sont très bons, mais si notre pressing est appliqué de la bonne manière et que nous travaillons cet aspect à l’entraînement, nous pouvons placer les équipes sous pression et avoir la foule derrière nous. Nous allons essayer de garder la possession du ballon dans leur tiers du terrain. »

Avec Jean-François Téotonio, La Presse