On ne sait pas exactement ce qui a ensorcelé les affrontements entre Montréal et Cincinnati. Mais la magie ne semble pas sur le point de s’estomper.

Mis à jour le 28 mai
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

Le CF Montréal l’a emporté 4-3 dans une ambiance véritablement festive au stade Saputo. Un doublé de Romell Quioto, ainsi que des réussites de Mathieu Choinière et Joel Waterman ont enflammé le party.

Wilfried Nancy nous a habitués à la modération quand vient le temps d’analyser la performance de son équipe, dans la victoire comme dans la défaite. Malgré les buts encaissés, il se réjouit quand même de l’accomplissement de samedi soir.

« On est contents d’avoir gagné parce qu’on sort d’un long cycle », a-t-il commenté après le match, faisant référence à la séquence de 5 matchs en 15 jours avant la trêve internationale.

« Ce n’était pas un match génial. On avait bien commencé, mais par la suite Cincinnati a posé des problèmes par rapport à leur façon de jouer. […] Mais le fait qu’on va partir en vacances, on va oublier. »

Seul bémol pour les 14 225 spectateurs rassemblés : la sortie prématurée de Djordje Mihailovic. Le milieu américain a dû quitter la rencontre à la 17minute après une blessure à une cheville. Il va souhaiter que sa récente sélection avec les États-Unis n’en soit pas mise en danger.

Photo David Kirouac, USA TODAY Sports

Djordje Mihailovic a dû quitter la rencontre à la 17minute en raison d’une blessure à une cheville.

« Ce n’est pas quelque chose de grave, a rassuré Nancy. Il a déjà eu ça auparavant. Sa cheville a un peu tourné. »

Festival de buts

Tentons de récapituler cet autre match de folie entre les deux clubs.

Les visiteurs se servaient la première part du gâteau à la 12minute. Junior Moreno faisait mouche à l’embouchure du filet en reprenant une passe de la tête, après un corner.

Cinq minutes plus tard, Montréal créait l’égalité au profit d’un jeu semblable. Et c’est Joel Waterman qui se régalait d’un deuxième but cette saison – et dans sa carrière. Il était servi par une passe de la tête de Kamal Miller. Sa frappe en arabesque ne faisait aucun doute.

Photo Peter McCabe, La Presse Canadienne

Joel Waterman (au centre) a inscrit le premier but du CF Montréal, samedi soir.

La mère et le père de Waterman étaient même présents pour assister à l’exploit de leur garçon. Ce dernier était ravi de pouvoir leur offrir ce cadeau.

« C’était un moment tellement spécial, pour moi et pour eux », a souligné Waterman devant les médias.

C’était la première fois que mon père venait à Montréal. C’est un gars assez émotif. […] Je suis vraiment choyé d’avoir pu marquer devant eux.

Joel Waterman

C’était d’ailleurs un septième but enfilé par un défenseur montréalais cette saison, ce qui égalait un record du club établi en 2013 et en 2021.

Malgré l’égalisation, le CF Montréal avait de la difficulté à poser son jeu en première mi-temps. Cincinnati avait installé une pression intense qui mettait un frein aux tentatives offensives du Bleu-et-noir.

Ce qui ne l’a pas empêché de finalement prendre les devants à la toute fin de la période. Joaquín Torres servait une sublime passe à Romell Quioto dans l’axe, devant la surface. Si ce dernier contrôlait mal le ballon, c’était tout de même mieux que le cafouillage des défenseurs et du gardien devant lui. Il se sauvait avec le cuir derrière tout ce beau monde et poussait le ballon dans les cordages. 2-1. Tout le monde aux vestiaires.

La troupe de Wilfried Nancy récidivait dès son retour sur la pelouse. Et c’est Mathieu Choinière qui trouvait sa touche de marqueur, cette fois. Kei Kamara, entré quelques secondes plus tôt, effectuait un magnifique petit geste dans la surface. Le Québécois tirait sur réception dans la lucarne. 3-1 Montréal, à la 46minute. Ce n’était que le troisième but de sa carrière en MLS.

La diversification de l’attaque montréalaise n’a pas manqué de faire sourire le milieu de terrain Victor Wanyama, d’ailleurs.

« C’est un peu malaisant de voir Joel marquer, lance-t-il à la blague. Mais je suis content pour lui. Il se rend dans les endroits où on veut qu’il soit. Et il fait les bonnes choses. »

Quant à Mathieu Choinière, Wanyama note à quel point « c’est un bon joueur ».

Tout le monde dans l’équipe se met à marquer des buts. J’espère que le mien s’en vient bientôt !

Victor Wanyama

Álvaro Barreal réduisait ensuite l’écart à 3-2 (52e). Romell Quioto marquait sur penalty pour faire 4-2 (59e) et obtenir son doublé. Alors que la foule montréalaise faisait la vague, Junior Moreno la faisait se casser à la 63e en allant chercher son propre doublé pour le 4-3.

Photo David Kirouac, USA TODAY Sports

Romell Quioto (à gauche) a déjoué le gardien adverse Roman Celentano à deux reprises, samedi soir, dont une fois sur un tir de pénalité.

À partir de ce moment, Cincinnati poussait. Montréal défendait. L’ambiance était tendue. Mais la délivrance est enfin venue au terme d’une longue période de pression des visiteurs.

Les hommes de Wilfried Nancy l’avaient emporté par la même marque en Ohio, plus tôt cette saison. L’an dernier, à Montréal, les locaux s’étaient imposés 5-4. On ne s’ennuie jamais contre Cincinnati. Les joueurs ne savent pas trop pourquoi, d’ailleurs.

« C’est fou ! lâche Wanyama. À la maison comme chez eux, il y a toujours beaucoup de buts. Mais on s’est battus, aujourd’hui. On a dû faire un sale travail. Mais on l’a fait. »

On s’amuse à compter le nombre de buts marqués au total depuis le fameux match de juillet 2021 au stade Saputo. Soit 23.

« C’est beaucoup trop ! dit Wanyama en rigolant. Je ne sais pas ce qui cause cela. Mais c’est une bonne équipe. »