« Hé papa, vous êtes quatrièmes aujourd’hui. »

Mis à jour le 5 mai
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

C’est ainsi que Wilfried Nancy a su quel était le classement de son CF Montréal après la victoire de samedi face à Atlanta.

C’est que l’entraîneur-chef du Bleu-et-noir se fait une mission de ne pas regarder le tableau hiérarchique de la MLS. Du moins, pas avant les mois d’août ou de septembre.

« Ce que je sais, c’est combien de victoires on a, et la façon dont on joue, explique-t-il aux médias rassemblés au stade Saputo pour l’entraînement de son équipe, jeudi. Pour moi, c’est ça, le plus important. Parce que comme vous savez, si on veut faire les séries, on a besoin d’environ 13 ou 14 victoires. Selon moi, c’est ça, l’objectif. »

Le CFM en a déjà 4 en 9 matchs, soit au quart de la saison, et affiche une récolte de 14 points. Il accueille Orlando City SC samedi, qui le devance par trois unités et par une position au classement.

L’enjeu, pour les Montréalais : battre le record d’équipe en restant invaincu sept rencontres consécutives.

Et là-dessus, Nancy ne fait pas de l’évitement.

« C’est sûr que les joueurs le savent, concède-t-il. […] Si les joueurs peuvent le faire, ils ne vont pas s’en priver. »

« C’est peut-être une extra motivation, ajoute-t-il. C’est toujours plaisant d’écrire une page dans l’histoire du club. Ils vont y penser. Il faut trouver un juste milieu, mais ça serait pas mal. »

Même son de cloche pour Samuel Piette, qui ne vise pas que le match nul pour y arriver.

« C’est sûr qu’on peut briser ce record-là avec un match nul, glisse le milieu de terrain québécois. C’était le cas quand on pouvait égaliser le dernier match. Mais nous, ce qu’on avait en tête, c’était de gagner. Surtout contre un rival direct. »

« Contre Orlando, même si on brise le record, je ne vous cacherai pas qu’on y va pour les trois points. »

À ce sujet, Nancy devra composer avec deux absences de taille au milieu de terrain. Le joueur désigné Victor Wanyama et le jeune Ismaël Koné, des titulaires indiscutables depuis le début de la saison, seront suspendus pour cause d’accumulation de cartons jaunes.

« Ce sont des pertes assez lourdes », croit Joaquín Torres, brillamment servi par Kamal Miller sur le but gagnant contre Atlanta, samedi dernier. « Ce sont deux gars qui amènent beaucoup au groupe. Par contre, on a beaucoup plus qu’un onze titulaire. On a un groupe complet, profond. »

Les Québécois en renfort ?

Samuel Piette en fait partie. Le milieu de terrain en sera à un troisième match depuis son retour de blessure. Est-il prêt à être titulaire pour la première fois cette saison ?

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Samuel Piette

« Oui, je me sens bien et prêt à être partant pour le match de samedi, déclare-t-il. Combien de minutes j’ai dans le corps ? Je ne le sais pas. Je pense que j’en ai au moins une bonne soixantaine. »

Il pourrait en jouer plus si le besoin est là, au profit « des émotions et de l’adrénaline ».

Si Piette avoue qu’il a difficilement vécu son absence du club alors que celui-ci vivait des moments ardus en début de saison, il estime « revenir dans un bon moment ».

« L’atmosphère est bonne, tout le monde est content. Ça fait plaisir de revenir et d’ajouter mes qualités au groupe. De fermer le jeu comme on a vu contre Philadelphie. Contre Atlanta, d’amener cette intensité au milieu de terrain qui manquait peut-être un peu, et d’aller chercher le score. »

Son technicien ne veut pas trop s’avancer sur son utilisation samedi.

« Il est bien rentré la semaine dernière, estime Wilfried Nancy. Ça lui a fait du bien, surtout mentalement. »

Un autre qui pourrait finalement voir du temps de jeu, c’est Mathieu Choinière. Il a joué ses dernières minutes au Stade olympique contre Philadelphie, le 5 mars dernier, et avait subi une blessure à un pied. Notamment à cause de la surface synthétique du Stade.

« Il est proche d’un retour », estime Nancy.

Choinière a joué avec l’équipe réserve la semaine dernière « et ça lui a permis de jouer un match en entier ».

« Il est admissible » pour la rencontre de samedi, « donc on va voir », précise l’entraîneur-chef.

Mais au-delà de tout ça, ce qui ressort de cette visite au stade Saputo en ce jeudi ensoleillé, c’est la bonne « vibe », dixit Piette, qui règne au sein du groupe actuellement.

Alistair Johnston vient interrompre le début du point de presse de Samuel Piette pour s’improviser journaliste et lui poser des questions sur ses bottines.

La bonne humeur émane du terrain comme ces ballons qui virevoltent au-dessus de la surface de jeu.

Joaquín Torres se présente aux médias les bas dans ses sandales, et affirme par l’intermédiaire d’un interprète qu’il est « très heureux de l’arrivée du beau temps ».

« Ça fait du bien de voir le soleil, souligne-t-il avec le sourire. L’hiver a été long, je n’en pouvais plus. »

Tout un changement par rapport aux commentaires d’après-match de Djordje Mihailovic après le match nul de 3-3 à saveur de défaite contre Atlanta, en mars dernier. « Nous devons tous, moi y compris, prendre quelques jours de repos et ne pas penser à ce sport, avait-il soupiré. […] On doit prendre quelques jours pour laisser nos esprits vagabonder un peu. »

Ce qu’une séquence de bons résultats peut faire pour remonter le moral.