Petit message aux 13 autres équipes de l’Association Est de la MLS dont, bien sûr, le CF Montréal : Bruce Arena espère que le Revolution de la Nouvelle-Angleterre va s’améliorer au cours des six prochaines semaines, avant d’entamer les séries éliminatoires. Si les espoirs du vétéran entraîneur-chef se concrétisent, il est permis de se demander quelle formation parviendra à renverser un groupe de joueurs qui a des allures de rouleau compresseur depuis le début de la saison.

Michel Lamarche La Presse Canadienne

Arena a émis ce souhait lors de sa visioconférence, lundi matin, à un peu plus de 48 heures d’un duel fort attendu contre le CF Montréal, mercredi soir au stade Saputo. Un duel qui, selon lui, offrira tout un défi à sa troupe.

« C’est une bonne équipe. Elle joue bien à domicile. Le CF Montréal a de bons joueurs et il est très fort en milieu de terrain. Je pense que (Victor) Wanyama est un excellent joueur. Il va se trouver au cœur du jeu et c’est difficile de jouer contre lui. (Romell) Quioto marque des buts. Son nouveau joueur dont le nom m’échappe, le numéro 18, un gaucher, est un très bon joueur », a analysé Arena en faisant allusion, dans ce dernier cas, à Joaquin Torres.

« Ses trois défenseurs arrière sont aussi très bons, a-t-il renchéri. J’ai trouvé que (Kamal) Miller avait été pas mal solide pour le Canada lors des qualifications pour la Coupe du monde et lors de la Gold Cup. C’est une équipe avec de bons joueurs et ce sera tout un défi. »

À la tête d’une formation qui domine le circuit Garber avec 53 buts en 28 parties, huit de plus que le D. C. United, qui a cependant joué deux matchs de moins, Arena considère néanmoins que sa troupe peut faire mieux dans le dernier tiers du terrain.

« Sur le plan tactique, en fonction de ce que nous essayons d’accomplir, nous n’avons pas toujours été corrects, et techniquement, nous avons fait quelques erreurs. Nous pouvons nous améliorer sur ça », a-t-il précisé.

Ces propos correspondent à ceux qu’Arena avait émis après que le Revolution eut confirmé sa qualification en vue des séries éliminatoires grâce à une victoire de 3-2 contre le Fire de Chicago, le 22 septembre.

« Maintenant, avait-il déclaré après ce match, nous voulons nous assurer d’obtenir l’avantage du terrain. Je pense que nous en sommes assez près. Puis, troisièmement, nous voulons être la première tête de série dans l’Association Est. Alors, nous allons vers l’avant. Ce sont les objectifs que nous voulons atteindre. »

Le deuxième objectif a été concrétisé dès le match suivant avec un gain de 2-1 contre Orlando City SC, samedi dernier.

Quant à la troisième cible, le Revolution (19-4-5 – 62 points) a besoin de toute combinaison de huit points pour anéantir les derniers espoirs des joueurs du Nashville SC (11-3-12 – 45 points) – s’ils en ont encore – de doubler la formation de la Nouvelle-Angleterre au sommet du classement de l’Est.

« Ils sont dans une dynamique super positive, ils ont construit quelque chose depuis l’année dernière », a déclaré l’entraîneur-chef du CF Montréal, Wilfried Nancy, au sujet de cette soif de victoires qui semble habiter les joueurs du Revolution.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Wilfried Nancy

« Ils sont en train de battre des records et en tant qu’êtres humains, c’est tout à fait normal qu’ils veuillent surfer sur cette vague-là. C’est tout à fait normal qu’ils aient envie de battre tous ces records-là. Ils vont venir ici pour nous battre, chose qui est tout à fait normale, parce qu’ils veulent battre n’importe qui. Et nous, notre objectif, ça va être de les battre aussi pour justement continuer notre course vers les séries. »

Régularité

Avec encore six matchs à disputer avant la fin de son calendrier, le Revolution est, en effet, engagé dans une chasse aux records.

Grâce à son gain contre le Fire, il a inscrit une nouvelle marque d’équipe pour le plus grand nombre de victoires. Puis, en battant Orlando, le Revolution s’est assuré d’amasser le plus grand nombre de points de toute son histoire.

L’équipe menace aussi le record de la ligue pour le total de points (72), établi par le Los Angeles Football Club en 2019. Si le Revolution gagne tous ses matchs d’ici la fin de la saison, il récoltera 80 points.

La troupe d’Arena n’a encore jamais perdu deux matchs de suite, et sa plus longue léthargie est de trois parties sans victoire, entre le 27 juin et le 7 juillet (0-2-1).

Or, depuis ce match du 7 juillet, un revers de 3-2 au Gillette Stadium contre le Toronto FC – son seul échec en 14 sorties à domicile en 2021 – le Revolution présente l’étincelant dossier de 12-1-2, pour une récolte de 38 points sur une possibilité de 45.

« Si je connaissais la réponse, j’écrirais un livre et je gagnerais beaucoup d’argent », a lancé Arena, lundi, lorsque questionné sur les atouts nécessaires pour maintenir une telle régularité.

« Ce n’est pas facile. C’est de travailler avec les joueurs tous les jours. C’est d’avoir une sorte de continuité dans l’équipe. Au cours des deux dernières années, il n’y a pas eu de grands bouleversements dans notre club, et nous jouons avec un noyau assez préétabli. Plus nous passons de temps ensemble, plus il est possible de se comprendre et, espérons-le, être meilleurs sur le terrain, plus réguliers et récolter des résultats comme ceux acquis cette année. C’est une question d’être ensemble pendant une certaine période de temps », a-t-il conclu.