(Montréal) Le CF Montréal a encore 13 jours pour se préparer pour son prochain adversaire. Il doit affronter D.C. United à son domicile temporaire floridien le 23 juin… À moins d’un revirement de situation dans les restrictions sanitaires imposées par les gouvernements du Québec et du Canada. Ce qu’espère fortement le défenseur Rudy Camacho.

Ugo Giguère La Presse Canadienne

On sait déjà qu’une exception a été accordée à la Ligue nationale de hockey pour permettre aux équipes américaines de voyager au Canada et pour exempter les joueurs de la quarantaine obligatoire. Pour Camacho et ses coéquipiers, il s’agit d’une excellente nouvelle, mais ce privilège devrait aussi s’appliquer à la MLS, selon eux.

« Si eux ont le droit, pourquoi on n’aurait pas le droit ? J’espère que ce sera réglé rapidement et qu’on pourra jouer au Stade Saputo, chez nous, devant nos supporteurs et rentrer chez nous auprès de nos familles », a plaidé celui qui tente actuellement d’obtenir sa résidence permanente au Canada.

« Je ne vois pas ce qui poserait problème si tout le monde est vacciné. Apparemment, les équipes MLS sont pratiquement toutes vaccinées. J’espère que ça va bouger dans le mois et qu’on sera à la maison avant la fin du mois. Je ne vois pas pourquoi on n’y serait pas », a martelé celui qui arbore le maillot numéro 4.

Après le match du 23 juin, le CF Montréal doit se rendre à Nashville, le 26 juin, puis trois parties à domicile sont prévues les 3, 7 et 17 juillet. Il n’est donc pas exclu que les partisans montréalais puissent bientôt encourager pour la première fois leur équipe favorite sous sa nouvelle identité.

Le secret est dans la mayonnaise

On ne peut pas parler de début de saison flamboyant, mais tout de même, peu d’observateurs auraient prédit que le CF Montréal occuperait le cinquième rang de la conférence de l’Est après le premier quart du calendrier régulier de la MLS. Le secret selon Camacho ? La mayonnaise.

En conférence de presse virtuelle, le Français n’a pas caché un certain étonnement de voir l’équipe en milieu de peloton avec 11 points et à seulement trois points de la deuxième place occupée par l’Union de Philadelphie.

Pas que je ne m’y attendais pas, mais tout le monde le sait, on avait beaucoup de nouveaux joueurs, on ne savait pas trop comment la mayonnaise allait prendre, a analysé l’athlète de 30 ans. Ça a bien pris et c’est un peu frustrant, je pense qu’on aurait pu prendre plus de points sur certains matchs. Mais après, il ne faut pas être trop gourmand non plus.

Rudy Camacho

Il reste qu’avec une fiche de 3-3-2, le CF Montréal a encore du travail sur la planche pour améliorer l’exécution sur le terrain et c’est ce sur quoi l’équipe devra se concentrer alors qu’elle a repris le boulot, mercredi matin, au centre d’entraînement de l’Inter Miami CF, à Fort Lauderdale.

Par ailleurs, la victoire remportée lors du dernier match avant la « pause internationale » visant à permettre aux joueurs sélectionnés de rejoindre leur équipe nationale a fait le plus grand bien, selon Camacho.

« C’est clair qu’elle a fait du bien ! C’est toujours bien de finir sur une bonne note, surtout pour la tête. Ça fait du bien au mental et de pouvoir rentrer voir la famille ou partir un peu en vacances, c’est toujours mieux de finir comme ça », a-t-il commenté.

Mais cette victoire à l’arraché, 1-0 contre le Fire de Chicago, a mis en lumière des lacunes que la pause, espère-t-on, permettra de corriger ou d’améliorer du moins.

« On n’a pas pu pratiquer notre football, donc il faut qu’on trouve des solutions pour les prochains matchs, a reconnu le défenseur qui joue lui-même du très bon football depuis le début de la saison. On est sur la bonne voie, maintenant il ne va pas falloir lâcher et travailler chaque jour un peu plus pour progresser. »