De relations professionnelles naissent parfois de solides amitiés, et le sport n’y fait pas exception.

Frédérick Duchesneau
Frédérick Duchesneau La Presse

C’est le cas de Laurent Ciman et de Maxime Crépeau, par exemple. Une amitié qui a pris forme alors qu’ils faisaient tous deux partie de l’Impact. Puis, qui s’est cristallisée un soir précis.

« Au début, Max étant très jeune et moi arrivant de l’extérieur, j’étais plus proche de certains joueurs, mais pas tout de suite de Max, raconte l’entraîneur adjoint du CF Montréal. C’est durant une soirée d’Halloween chez Patrice Bernier que la situation s’est un peu décoincée, entre guillemets. On s’est vraiment lâchés l’un envers l’autre et après, ça a vite collé. »

Deux jours après sa nomination dans le personnel d’entraîneurs du CF MTL, au cours d’un entretien avec La Presse qui portait sur sa relation avec Montréal, Ciman avait rapidement évoqué le fait qu’il allait régulièrement prendre le café avec Crépeau à l’époque.

La semaine dernière, nous avons abordé le sujet avec le gardien, désormais avec les Whitecaps de Vancouver, dans le cadre d’une entrevue pour un autre article (paru jeudi). Sa réaction a été aussi instantanée qu’enthousiaste.

« Moi et Lo, on était toujours ensemble. Même encore aujourd’hui, on se parle souvent et je suis content pour lui qu’il ait eu le poste d’assistant avec Wil à Montréal, a réagi le Québécois. Il y a des relations dans le sport professionnel qui restent à tout jamais et, franchement, moi et Lo, on s’est trouvés quand il est arrivé à Montréal. Depuis, on a toujours gardé une magnifique relation. »

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Lancement de la saison 2017 du club montréalais. Laurent Ciman, Patrice Bernier et Maxime Crépeau étaient de l’évènement.

Habitant tous deux la Rive-Sud, Ciman et Crépeau covoituraient quotidiennement vers l’île. Une semaine avec la voiture de l’un, la suivante avec celle de l’autre.

« On déposait son épouse Christina à l’école, qui était sur notre chemin, et on allait à l’entraînement tous les jours ensemble », relate le Belge.

Et au retour, il n’était pas rare que le gardien traîne un peu chez son ami défenseur.

On passait pas mal de temps ensemble. Je voyais plus Max, entre guillemets, que ma propre femme et mes enfants.

Laurent Ciman

Au terme de la saison 2017, ce dernier est parti pour Los Angeles, avant de se retrouver avec Dijon, en Ligue 1 française.

Une aventure qui n’aura duré que neuf matchs. Suffisamment, néanmoins, pour que Maxime Crépeau et sa femme aillent séjourner chez Laurent Ciman et Diana Saiu en France, pendant deux semaines.

Ciman est ensuite revenu en MLS, terminant sa carrière de joueur avec le Toronto FC.

Les deux amis ne se sont pas vus depuis des mois. Ils renoueront samedi, alors que le CF Montréal (1-0-2) visitera les Whitecaps de Vancouver (1-1-1) à leur domicile temporaire de Sandy, en banlieue de Salt Lake City.

Mais les retrouvailles ne seront pas ce qu’elles auraient été dans un contexte non pandémique. Ils ne se verront qu’au stade. Au cœur de 90 minutes pendant lesquelles l’amitié sera sans doute laissée sur les lignes de touche.

À moins d’une surprise, Maxime Crépeau sera devant le filet de Vancouver. Il a gardé les trois matchs des siens jusqu’ici, accordant 3 buts sur 13 tirs cadrés.

PHOTO ROB GRAY, USA TODAY SPORTS

Maxime Crépeau est le gardien de confiance des Whitecaps de Vancouver depuis le début de la saison.

Une période d’adaptation

L’ex-international belge apprivoise tranquillement sa nouvelle vie d’entraîneur, dont il dit apprendre continuellement.

« Ça se passe bien. Plus ça avance, plus je trouve ma place. Ça n’a pas été facile tout de suite parce que je suis de l’autre côté de la ligne maintenant et il a fallu que je m’y fasse, mais je me sens de mieux en mieux. Je prends tout ce qu’on me donne, tout en ajoutant ma petite touche et en disant ce que je pense, comme je fais toujours », lâche-t-il dans un léger rire.

Le rôle de Ciman est évidemment surtout défensif, dit-il, bien que Wilfried Nancy soit également un ancien défenseur.

Il a tellement de choses à gérer, il ne peut tout faire. Wil a une vision d’ensemble sur tout ce qui se passe, les choix lui reviennent, mais on est là pour l’accompagner du mieux qu’on peut.

Laurent Ciman

À son dernier match, contre le Crew de Columbus, le CF Montréal a été sans reproches à l’arrière. Et bien qu’il ait tremblé par moments lors des deux précédents – en particulier en deuxième demie à Nashville –, Laurent Ciman se montre plutôt satisfait de la prestation défensive du club jusqu’à maintenant.

« Contre Nashville, on était peut-être un peu trop bas en deuxième mi-temps et c’est ce qui nous a coûté les buts. Mais on est contents de ce qu’on a vu et on est satisfaits de ceux qui jouent pour le moment, donc on va continuer comme ça. »

Puis, Ciman y va d’une ligne sur chacun des membres de la défense au cours des trois derniers matchs.

Kamal Miller : « On est contents de voir le potentiel qu’a un joueur comme Kamal. Il y a beaucoup d’engagement dans son jeu, on aime ce qu’il montre. »

Rudy Camacho : « On a retrouvé le Rudy Camacho qui est capable de ressortir balle au pied proprement et de ne plus commettre les petites erreurs du passé. »

Aljaz Struna : « Tactiquement, il est très fort. On voit qu’il a joué en Italie. »

« Il y a Joel [Waterman] qui est là aussi, qui a une qualité de passe très importante », souligne l’entraîneur adjoint.

« Mais on veut vraiment rester dans une philosophie où il faut continuer à travailler. On ne doit pas se croire plus beau que ce que l’on est. »