(Barcelone) Le président du FC Barcelone Joan Laporta appuyait toujours la création de la Super Ligue européenne, jeudi, même si 10 des 12 clubs fondateurs ont rapidement déchanté et se sont retirés du projet.

Joseph Wilson
Associated Press

La Super Ligue, qui a semé la controverse auprès des autres clubs, des partisans et des autorités en Europe, a été annoncée par 12 puissants clubs provenant d’Angleterre, d’Espagne et d’Italie dimanche. Elle s’est toutefois rapidement effondrée, et n’est officiellement appuyée que par le FC Barcelone et le Real Madrid.

« C’est absolument nécessaire, a martelé Laporta à sa première apparition à la télévision publique catalane depuis le dévoilement du projet. Les plus grands clubs génèrent les plus grands revenus, et nous devons avoir notre mot à dire sur la manière dont ceux-ci sont partagés. »

Les six clubs anglais impliqués dans le projet se sont retirés mardi, à la suite des manifestations de leurs partisans et des avertissements du gouvernement britannique. Le lendemain, l’Atlético Madrid et trois autres clubs italiens associés à la Super Ligue — la Juventus de Turin, l’AC Milan et l’Inter Milan — se sont aussi retirés.

Même s’il se retrouve pratiquement isolé, le président du Real Madrid Florentino Perez — qui devait être le premier président de la nouvelle ligue controversée — a assuré en fin de journée mercredi que le projet n’est pas mort, mais plutôt à un point d’arrêt.

La Juventus et l’AC Milan ont indiqué qu’ils pourraient de nouveau se joindre au projet à une date à déterminer, dans leur communiqué respectif acheminé mercredi.

Les finances du FC Barcelone ont été ébranlées par la pandémie de coronavirus, et une bonne partie du budget du club catalan était déjà grugée par sa masse salariale, l’une des plus élevées d’Europe la saison dernière.

Les 12 clubs impliqués dans la création de la Super Ligue souhaitaient évincer l’UEFA de l’équation et remplacer la Ligue des Champions par un nouveau tournoi à 20 équipes, dont 15 seraient assurés annuellement d’y participer.

La participation du Barça au projet était cependant conditionnelle à la promesse formulée par Laporta de laisser les membres du club s’exprimer sur la proposition.

« Nous adoptons une approche prudente, a noté Laporta. C’est nécessaire, mais les membres de notre club auront le dernier mot. »