(Madrid) La ligue espagnole a révélé qu’elle n’avait trouvé aucune preuve à l’appui des accusations d’un joueur qui avait prétendu avoir été victime d’insulte raciste lors d’un match le week-end dernier.

Associated Press

La ligue a précisé avoir analysé toutes les vidéos et tous les extraits sonores disponibles des conversations entre les deux joueurs, y compris l’embauche d’une entreprise spécialisée dans la lecture labiale, mais n’a trouvé aucune preuve de langage à caractère raciste abusif.

L’incident s’est produit lors du match de dimanche entre Cadix et Valence. Les joueurs de Valence ont quitté le terrain lorsque Mouctar Diakhaby a prétendu avoir été victime d’une insulte raciste de la part du défenseur de Cadix Juan Cala. Diakhaby est noir. Cala a nié tout acte répréhensible.

En réponse aux conclusions de la ligue, Valence a déclaré que « le simple fait que des preuves n’aient pas été trouvées ne signifie pas que l’incident ne s’est pas produit. »

« Même si la ligue a mené son enquête, notre club ne change pas d’avis sur ce qui s’est passé et maintient son soutien total à Diakhaby », a déclaré Valence.

Le match s’est poursuivi après le retour de l’équipe de Valence, affirmant qu’elle craignait que l’arbitre ne lui fasse perdre des points au classement.

L’incident fait également l’objet d’une enquête de la fédération espagnole de football.

Le gouvernement espagnol a envoyé, mercredi, une lettre à la ligue et à la fédération exprimant « ses inquiétudes face à des situations comme celle-ci », qui se produisent « souvent dans les compétitions de football dans notre pays. »

La ligue a déclaré dans sa déclaration qu’elle « condamne le racisme sous toutes ses formes et maintient son engagement à lutter contre l’une de ses manifestations ».