(Vienne) Le LASK Linz, leader du Championnat autrichien, est sous le coup d’une enquête pour avoir enfreint les consignes sanitaires et repris l’entraînement en effectif complet, suscitant le courroux de ses adversaires et s’exposant à des sanctions de la Ligue.

Agence France-Presse

C’est une vidéo filmant à leur insu les entraînements des joueurs qui a déclenché l’affaire : les bandes témoigneraient d’un manquement aux règles sanitaires alors que depuis le 20 avril, les clubs ne sont autorisés à s’entraîner que par groupe de six joueurs maximum, pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Les entraînements à effectif complet ne sont autorisés qu’à partir de vendredi, alors que la reprise du Championnat est programmée pour le 2 juin.

Le LASK, entraîné par le Français Valérien Ismäel, n’a pas démenti les accusations, reconnaissant dans les faits dans un communiqué.

Comme le montre une caméra introduite illégalement lors d’une effraction nocturne, les règles de distanciation n’ont pas été strictement observées ».

Valérien Ismäel, entraîneur du LASK Linz

Le LASK Linz porte plainte pour effraction

Le LASK a porté plainte pour effraction affirmant qu’une caméra a été introduite dans son stade pour espionner les entraînements et que les auteurs de ce forfait ont eux-mêmes été filmés.

Pour ce qui est des entraînements de l’équipe, l’affaire sera examinée par les instances disciplinaires de la Ligue et expose le club à des sanctions.

Les autres clubs de première division ont réagi avec colère. « Nous sommes choqués et stupéfaits […] », a commenté Stephan Reiter, directeur commercial du Red Bull Salzbourg, tenant du titre, qui regrette que tous les clubs « ne soient pas conscients » de leur « grande responsabilité » dans les conditions actuelles.

Salzbourg, sextuple champion, occupe la deuxième place du classement avec trois points de retard sur le club de Linz.