En temps normal, Patrice Bernier serait en train de préparer l’Impact de Montréal à un match contre l’Union, à Philadelphie, cette semaine avec Thierry Henry et les entraîneurs de l’équipe.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

L’ancien capitaine de l’Impact s’ennuie des pelouses de foot, évidemment, mais il vit néanmoins avec passion le confinement en famille, à titre de père, mais aussi de nouveau « prof d’éducation physique » pour ses deux filles et son jeune fils ; il se demande d’ailleurs si cet arrêt forcé ne nous amènera pas à un retour à des valeurs un peu perdues ces dernières décennies.

« Je n’ai jamais vu autant de familles réunies sur ma propre rue, dit-il. Évidemment, on garde la bonne distance sociale d’un foyer à l’autre, mais les gens ont plus de temps pour vivre en famille. Même ceux qui font du télétravail sont à la maison. À l’époque, nos dimanches étaient réservés à la famille. Il n’y avait pas grand-chose d’ouvert. On se concentrait sur les priorités. Ça va vite de nos jours avec les réseaux sociaux et la technologie. On dirait que la situation nous amène à revoir nos priorités. »

Il y a aussi toute la question de l’environnement. « Les gens restent à proximité. On prend moins l’auto. Beaucoup font de la bicyclette ou de la marche. Il y a des endroits dans le monde où on voit enfin plus de soleil parce que l’immense couche de nuage de pollution s’est dissipée. »

Patrice Bernier nous offre ses moments privilégiés en famille sur les réseaux sociaux, entre autres Instagram et Twitter. On le voit tantôt faire la tortue avec ses filles, couché sur une planche à roulettes, tantôt en concert avec ses trois enfants avec des instruments de musique pour enfants, ou encore jouer aux petits bonshommes, couché sur le tapis de jeu au sous-sol, avec Thiago Massimo, 2 ans et demi.

> Consultez le compte Instagram de Patrice Bernier

J’ai la chance de voir mes enfants grandir et vieillir sur une base quotidienne. Je préfère voir la situation du côté positif. Je ne suis pas à la maison très souvent normalement à cette période-ci de l’année.

Patrice Bernier

« Thiago Massimo vieillit très rapidement, dit-il. C’est une période très importante de son développement avant l’école. Je le vois grandir, parler davantage, sa motricité se développe vite, il est plus interactif avec nous, il développe sa personnalité. Les filles aussi, je suis devenu le professeur d’éducation physique. On fait des activités. On tente d’être créatifs pour nous permettre de bouger, de ne pas s’ennuyer. »

IMAGE TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE PATRICE BERNIER

Légende

Patrice et sa femme Mélisa ont généralement la même routine quotidienne avec Sofia Jade, Mia Victoria et le petit dernier. « Je suis chanceux, ma femme est enseignante. Le matin, ils font de l’étude avec elle. On a des livrets de l’école ici. On a des amis de la famille qui sont dans le domaine de l’enseignement pour faire un suivi. Ils maintiennent une habitude scolaire, lire, les mathématiques, les choses de base à maîtriser. On a aussi eu droit à des présentations orales de leur part. »

Après dîner, le plus jeune membre de la famille prend une pause. « Thiago Massimo fait la sieste l’après-midi, les filles dessinent ou font du bricolage pendant ce temps. Quand il se réveille, on va dehors si la température le permet. On a fait de l’éducation physique, de la trottinette, de la bicyclette, de la course, on a joué au soccer. Les enfants ont fait un circuit de gymnastique dans le sous-sol. Ils viennent avec des idées. On veut que leur imagination se développe. »

IMAGE TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM DE PATRICE BERNIER

Légende

Le soir, c’est la télé. « On soupe, puis on regarde Passe-Partout, Cochon dingue ou on regarde un film en famille. On regarde les nouveaux Passe-Partout. Les filles ont déjà vu les anciens sur YouTube. C’est une période où Thiago est un peu plus docile, Passe-Partout semble le captiver. On écoute Les Parent. Mes filles rient du comportement des garçons avec les parents. Ça reflète aussi un peu notre famille parce qu’on a trois enfants. »

La situation ramène parfois Patrice Bernier à sa propre enfance, où il fallait développer son imagination pour s’occuper. « Il n’y avait pas beaucoup de sport à la télé à l’époque. Je jouais avec les petites tables de hockey, je jouais avec mon petit ballon de soccer ou mon petit bâton, on jouait beaucoup dehors. Je regardais les bonshommes le samedi matin ou les Schtroumpfs en revenant de l’école. J’avais mon propre univers, j’inscrivais mes propres trios sur papier au sous-sol, je me faisais jouer avec Wayne Gretzky. »

Patrice Bernier a aussi entrepris sa remise en forme.

J’ai recommencé la course à pied. Je ne me donnais pas le temps. Je pars courir vers 6 h 30 le matin, pour une trentaine de minutes. J’ai joué au hockey depuis [ma retraite], mais sans plus, et je tente de me réinstaller une routine. J’incite d’autres à bouger.

Patrice Bernier

« Je réponds à des questions sur les réseaux sociaux pour le club de soccer de ma fille parce que ma femme coache, pour essayer aussi de stimuler les autres à bouger à l’intérieur », poursuit l’entraîneur.

Entre les heures de rangement et les groupes de discussion pour rester en contact avec les autres membres de sa famille, entre autres ses parents et ses deux sœurs, Patrice tente aussi, surtout, de rester positif, tout comme Mélisa. « Tout ce qu’on voit aux nouvelles, c’est le virus, les restrictions. On essaie de rester positifs pour nos enfants et pour nous aussi, il faut que la journée avance. Et on retient le plus important : notre dynamique de famille sera peut-être encore plus forte quand les choses reprendront comme avant. »