(Montréal) L’Impact de Montréal n’a joué qu’un seul « vrai match » en 2020, la saison régulière de la MLS ne s’amorcera que samedi prochain, mais déjà, il devra se passer de l’un de ses joueurs pendant une période de temps significative.

Michel Lamarche
La Presse canadienne

La direction de l’équipe a annoncé que le défenseur central Rudy Camacho sera à l’écart du jeu pour une période de quatre à six semaines.

L’athlète français s’est blessé au genou gauche pendant la 17e minute du match aller de la Ligue des Champions de la Concacaf contre le Deportivo Saprissa mercredi dernier à San José, au Costa Rica.

Par ailleurs, il semble que la période d’inactivité aurait pu être plus longue.

« Ce sont des choses que l’on va devoir gérer. Ce n’est pas la première fois que ça arrive, je pense, pour une équipe qu’un joueur soit absent. Maintenant, ce n’est pas aussi grave que ce qui était prévu. C’est pour ça qu’on a une équipe, pour essayer de pallier tout ça et ces absences. J’espère qu’il va pouvoir revenir le plus vite possible », a déclaré l’entraîneur-chef Thierry Henry.

Lors du duel contre la formation de la capitale costaricienne, Henry et l’Impact se sont retrouvés dans une situation difficile lorsqu’ils ont perdu Orji Okwonkwo, blessé à un muscle fessier, à peine 11 minutes après la blessure à Camacho.

Déjà forcé de remplacer Camacho par Joel Waterman, Henry n’a eu d’autre alternative que de dépêcher Maxi Urruti sur le terrain en relève à Okwonkwo, ce qui ne lui laissait qu’un seul changement disponible avec plus d’une heure à écouler au chronomètre.

Comme si ce n’était pas suffisant, Romell Quioto a lui aussi dû quitter la rencontre à la 71e minute, en raison de crampes devenues intolérables.

« Ç’a été trop. Je voulais rester et continuer à aider l’équipe, mais je ne pouvais plus », a-t-il admis samedi, par l’entremise d’un interprète.

Okwonkwo, à la 12e minute, et Quioto, 10 minutes plus tard, avaient permis à l’Impact de se forger une inattendue avance de 2-0.

Rien n’est certain, mais les deux joueurs pourraient être en mesure de participer au match retour de mercredi. Quioto a pris part à l’entraînement de samedi, mais pas Okwonkwo, dont le cas sera réévalué sur une base quotidienne.

Le match de mercredi pourrait aussi marquer la rentrée de Saphir Taïder, qui a participé à la séance d’entraînement de samedi.

« Je me suis entraîné, donc ça va mieux, a dit Taïder. C’est vrai que durant la préparation, j’ai eu un peu de pépins physiques, rien de méchant, mais qui m’ont écarté du terrain. Mais là, je m’entraîne bien depuis quelques jours, donc ça va mieux. »

Spectateur sur les lignes de côté mercredi au Costa Rica, Taïder ne cache pas qu’il aimerait prendre part au duel retour, qu’il qualifie d’important à bien des égards.

« Je serai disponible, et bien sûr que j’ai envie de jouer ce match, a-t-il dit. C’est un match super important pour le club, pour la ville et pour le futur de la compétition. Donc, on se tient prêt, bien sûr. »