Le directeur sportif de l’Impact de Montréal, Olivier Renard, nie son implication dans un scandale qui ébranle le soccer belge et qui a mené son ancien employeur - le Standard de Liège - à déposer une plainte contre lui auprès de la police belge.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Selon les informations de la RTBF, les faits remontent aux saisons 2016 à 2018. Olivier Renard était alors directeur sportif du Standard. Son rôle consistait à trouver et embaucher des joueurs pour l’équipe. À ce titre, il s’est entendu avec plusieurs clients de l’agent serbe Dejan Veljkovic. L’homme au cœur du « footgate ».   

Pendant des années, Veljkovic a vendu des joueurs à des équipes belges. En marge de ces transactions, il facturait le gros prix aux clubs pour des rapports de dépistage bidon. Les dirigeants qui achetaient ces faux rapports recevaient ensuite une commission secrète de Veljkovic.   

L’agent serbe a reconnu les faits et collabore maintenant avec la police.   

Le Standard de Liège reproche à Olivier Renard d’avoir participé à ce système. Selon la RTBF, qui cite le « carnet noir » de Veljkovic, Olivier Renard aurait touché au moins deux commissions de 20 000 euros chacune.   

Le président du Standard de Liège, Bruno Venanzi, a donc porté plainte contre Renard, Veljkovic et quatre autres personnes pour infractions d’escroquerie, abus de confiance, faux et usages de faux.   

« Aucune des accusations portées arbitrairement contre moi n’est correcte, a répondu Olivier Renard dans une déclaration envoyée par l’équipe. Je n’ai jamais perçu la moindre [rétro] commission sur quelque transfert que ce soit. L’entièreté des rémunérations obtenues durant ma carrière provient de versements réalisés par les clubs qui ont fait appel à mes services et constitue la stricte conséquence de mon travail. Ces informations diffamatoires et calomnieuses me portent préjudice. Elles affectent mes proches et nuisent à mon image. Je me réserve donc une réaction judiciaire à ce sujet. »

Contacté par La Presse, l’Impact a confirmé qu’Olivier Renard gardera son poste pendant les procédures judiciaires.