(Toronto) Le camp d’entraînement du Toronto FC s’est amorcé avec un coup de tonnerre, lundi, lorsque l’équipe a révélé que le capitaine Michael Bradley devra subir une opération à la cheville droite et qu’il pourrait être inactif pendant quatre mois ou plus.

Neil Davidson
La Presse canadienne

Et comme pour mettre de l’huile sur le feu à ce développement inattendu, l’attaquant étoile Jozy Altidore a émis l’opinion que la formation de la MLS avait mal géré la blessure.

« Ne vous méprenez pas. À mon avis, selon moi, ç’a été piètrement géré », a lancé Altidore aux journalistes quelques minutes après que le directeur général Ali Curtis eut annoncé la nouvelle.

« Il s’agit d’une blessure qui remonte à il y a deux mois et ce n’est pas la première fois que ça survient (avec l’équipe) … Deux mois sont passés et maintenant, il sera opéré et absent jusqu’en juin. »

Bradley s’est blessé lors de la finale de de la MLS, le 10 novembre. À l’époque, cependant, le problème n’avait pas été considéré comme grave. Lundi, toutefois, Curtis a qualifié la blessure de « très grave et complexe ».

Bradley doit subir son opération mardi, à New York. Curtis, qui a déclaré que la décision de procéder à une opération avait été prise « en dernier recours », a estimé que la guérison prendra approximativement quatre mois.

« Dans le cas de Michael, nous allons être minutieux et prudents, a assuré Curtis. Mais nous sommes confiants qu’une fois qu’il aura été opéré, il sera capable de revenir au jeu. Ça va prendre environ quatre mois. Ça pourrait être plus rapide ou ça pourrait être plus long selon la façon dont nous allons gérer le processus. »

Bradley s’est blessé pendant la 32e minute de jeu du match de championnat, lorsque Roman Torres, des Sounders de Seattle, a tenté un tir et frappé la cheville de Bradley avec son propre pied à la fin de son action.

Bradley a terminé la rencontre, mais a toutefois dû s’absenter des matchs de l’équipe des États-Unis contre le Canada et Cuba, en Ligue des Nations de la Concacaf, à peine quelques jours plus tard. À l’époque, le capitaine du TFC avait déclaré qu’il faudrait de deux à trois semaines pour que sa cheville « s’apaise ».

Le match de la finale de la MLS était le 200e de Bradley avec le Toronto FC, toutes compétitions confondues. Un mois plus tard, le vétéran milieu de terrain de 32 ans signait une entente couvrant trois saisons et assortie d’une année d’option à la discrétion de l’équipe.