L’Impact a été contraint de se tourner vers son plan B lors du repêchage de la MLS organisé jeudi après-midi. Après la sélection de toutes ses cibles lors des huit premiers choix, puis une transaction avortée avec Minnesota United pour le neuvième rang, l’état-major montréalais s’est rabattu sur le défenseur central Jeremy Kelly. Quelques minutes plus tard, l’Impact l’a envoyé aux Rapids du Colorado en échange d’un montant d’allocation générale de 75 000 $.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

« On a pris ce joueur parce qu’on savait qu’il avait de la valeur et qu’il intéressait certaines équipes. On a fait ce deal parce qu’on a d’autres idées pour plus tard », a indiqué le directeur sportif Olivier Renard. Laquelle par exemple ? « Renforcer l’équipe », a-t-il répliqué sans entrer dans les détails.

L’argent d’allocation générale peut être utilisé pour réduire la charge d’un joueur sous le plafond salarial, embaucher de nouveaux joueurs ou mettre sous contrat un élément déjà dans la MLS. L’Impact peut aussi l’échanger en retour d’une place de joueur international.

Cette somme ne sera pas de trop pour une équipe dont les chantiers sont encore nombreux à quelques jours de l’ouverture de son camp d’entraînement. « Il y a quelques dossiers qui ont été freinés par rapport à différentes situations : agent ou accord avec la ligue. Mais on est encore dans les temps pour essayer de renforcer notre noyau et ce sera fait », a promis Renard.

En défense, par exemple, l’Impact a tourné la page avec le latéral droit Bacary Sagna. Le club souhaite plutôt miser sur des profils plus jeunes et qui ne prennent pas forcément une place de joueur étranger. À ce chapitre, Renard espère qu’un accord avec l’Olympique Lyonnais permettra à Zachary Brault-Guillard de poursuivre l’aventure.

Des négociations ont également lieu pour des retours de Ballou Jean-Yves Tabla et Orji Okwonkwo. « On est proche de plusieurs joueurs. Que ce soit entre un ou six joueurs, ça peut se faire très rapidement, mais ce sont des détails qui font la différence. » Par contre, la possibilité de revoir Omar Browne « n’est pas à l’ordre du jour. »

Par ailleurs, les regards seront aussi dirigés vers Ignacio Piatti dont les hivers font décidément toujours jaser dans les chaumières. « Il revient samedi comme tous les autres joueurs », a souligné Renard.

PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Ignacio Piatti

Si les deux camps n’ont pas eu d’échanges récemment, Renard s’attend à une explication, en tête à tête, pour évoquer la fin de saison en queue de poisson de l’Argentin. Après voir apprit que le club allait exercer son option pour 2020, Piatti avait quitté le Centre Nutrilait sans participer au bilan de fin d’année.

Si tout se passe bien et après une dernière année minée par les blessures, son apport offensif aidera grandement l’Impact.

« L’année passée, il y a des joueurs qui ont été en dessous de leur niveau ou des joueurs que le staff a voulu garder même si les supporters ou les médias voulaient les voir partir. Une autre dynamique dans le club peut relancer certains joueurs », a espéré Renard.