On joue à qui perd gagne dans l’Association de l’Est de la MLS et, pour le moment, l’Impact de Montréal s’en tire à bon compte.

Michel Lamarche
La Presse Canadienne

L’Impact a subi un troisième revers de suite, s’inclinant 1-0 devant l’Orlando City SC, dimanche soir au Red Bull Arena de Harrison, au New Jersey.

Daryl Dike, à la 39e minute de jeu, a marqué le seul but du match contre Clément Diop, qui a offert une performance de haut niveau, tout particulièrement en deuxième demie.

PHOTO EDUARDO MUNOZ ALVAREZ, ASSOCIATED PRESS

Daryl Dike

Malgré 15 tirs tentés, dont 5 cadrés, l’Impact (7-13-2) a subi un deuxième échec de suite par blanchissage, après sa défaite par le même score mardi dernier contre Nashville. Avant ces deux matchs, l’Impact avait connu une séquence de 13 parties avec au moins un but.

Après cette cinquième défaite en six rencontres, les hommes de Thierry Henry restent donc à 23 points. Ils avaient une chance d’assurer leur place en séries éliminatoires dimanche avec une victoire et des matchs nuls, au mieux, de l’Inter Miami CF et de D.C. United.

Or, Miami a subi une défaite de 2-1 contre le Toronto FC tandis que D.C. United s’est incliné 4-3 devant le Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Du coup, l’Impact est demeuré au neuvième rang, un point devant Atlanta United et le Fire de Chicago, qui a cependant un match en main, et deux devant Miami et D.C. United.

La formation montréalaise, qui ne peut se classer plus haut que neuvième, complétera son calendrier dimanche prochain alors qu’il rendra visite à D.C. United, à Washington.

Le match commencera à 15 h 30, comme les six autres mettant en présence les 14 équipes de l’Association de l’Est. Surtout, il servira à déterminer le sort de l’Impact.

« On a notre destin entre nos mains »

Avec une victoire, la formation montréalaise participera à la ronde de qualification en vue des séries éliminatoires.

« On a encore notre destin entre nos mains, même si je pense qu’on aurait pu se mettre à l’abri bien avant. On ne l’a pas fait, encore une fois », a noté Henry, en visioconférence.

« Mais on a la chance, d’un autre côté, que les équipes derrière, à part Atlanta, n’ont pas gagné. On reste toujours dans cette position. Ça va vraiment être difficile contre D.C. Comme vous avez pu le voir, ils ont perdu vaillamment ce soir [dimanche] », a ajouté l’entraîneur-chef de l’Impact.

Par ailleurs, au moment où il répondait aux questions des journalistes, après Henry, Amar Sejdic a soudainement mis fin à sa visioconférence pour participer à une réunion d’équipe.

Défaillance coûteuse

Les joueurs de Henry ont fait assez bonne impression en début de match, avec des présences soutenues en territoire adverse. Leurs efforts n’ont mené qu’à un seul tir cadré pendant la première demie, sur quatre tentatives.

Ce tir est venu de Samuel Piette du flanc droit après un centre précis de Rudy Camacho à la 22e minute, ce qui a forcé le gardien Pedro Gallese à être vigilant.

Même s’ils ont dominé au chapitre des tirs tentés, des duels gagnés, des coups de pied de coin tentés et des centres pendant le premier segment de 45 minutes, les joueurs de l’Impact sont rentrés au vestiaire face à un recul au tableau indicateur.

Après qu’on l’eut laissé manœuvrer à sa guise non loin du cercle central, Mauricio Peyreira a effectué une belle passe que Dike a pu récupérer après s’être glissé derrière le mur défensif montréalais.

Dike s’est présenté dans la surface de réparation et malgré la présence de Camacho à ses côtés, il est parvenu à tirer le ballon du pied droit à ras la pelouse et à la droite de Diop pour son septième but de la campagne.

« Même chose que d’habitude. Luis [Binks] a regardé le joueur qui décrochait au lieu de prendre celui qui prend de la profondeur », a noté Henry en offrant son analyse du jeu.

Mais on va apprendre. Il [Luis Binks] est jeune. Ce sont des erreurs de jeunesse qui nous coûtent à l’heure actuelle. C’est en faisant des erreurs qu’on apprend. Mais là, nous, à chaque fois, on paie cash.

Thierry Henry

En deuxième demie, Bojan a été le chef de file de l’attaque montréalaise.

Ses deux premières frappes, à la 61e et à la 67e minute, ont raté le cadre, tandis que la troisième, à la 69e minute, a été saisie par Gallese.

À l’autre extrémité, Diop a permis à l’Impact de demeurer à distance de frappe en bloquant des tentatives de Benji Michel, à la 63e minute, et de Tesho Akindele, une douzaine de minutes plus tard.

Diop a réussi une intervention fructueuse à la 79e minute, empêchant Ruan de tirer profit d'un centre de Junior Urso, et un autre arrêt important, à la 80e minute de jeu contre Michel, une fois de plus.

Au cours des cinq dernières minutes du temps réglementaire et lors des arrêts de jeu, l’Impact a menacé, notamment Bojan, une fois de plus, qui a cependant été frustré par Gallese.