(Montréal) Mason Toye avait besoin de changer d’air. C’est pourquoi il est très heureux de se retrouver sous les ordres de Thierry Henry à Montréal.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

L’Impact a fait l’acquisition de Moye, un attaquant américain de 21 ans, plus tôt cette semaine de Minnesota United, en retour de 600 000 $ en allocation générale en 2020 et 2021, ainsi que d’un choix de deuxième tour au super repêchage de 2021.

Après avoir inscrit six buts et ajouté trois aides en 17 matchs, dont neuf départs, en 2019, Toye était peu utilisé au Minnesota, une situation qui lui déplaisait.

« À titre de jeune attaquant américain dans cette ligue, c’est difficile de percer la formation de départ de façon constante, a-t-il déclaré au cours d’une vidéoconférence. Ça entraîne de la frustration, mais c’est le football. Il y a des équipes qui se sont enquis de mes services. J’en ai discuté avec mon agent et j’ai dit à Minnesota United que si une équipe me désirait et que le club était prêt à me laisser aller, j’aimerais changer d’air.

« Je ne pense pas que ma frustration était la raison qui explique mon désir de transaction. Mais de changer d’air me permettra d’obtenir plus de temps de jeu, bien que partout ou je jouerai, je devrai me battre pour l’obtenir. »

Et tant qu’à changer d’air, Toye, six pieds trois et 180 livres, est bien heureux que ce soit à Montréal.

« Je suis très excité à propos de l’Impact, qui compte sur plusieurs jeunes joueurs de talent. Tout le monde a une mentalité de gagnant ici.

« Évidemment, d’être dirigé par Thierry Henry, c’est fantastique. […] En grandissant, Thierry était mon idole. J’ai pu le voir jouer pour les Red Bulls en grandissant dans le New Jersey. Je veux être une éponge et retenir toute l’information qu’il pourra me donner. »

Toye connaît bien la situation difficile dans laquelle l’Impact se trouve et il croit pouvoir l’aider à se sortir de ce marasme.

« Je crois que je peux apporter de l’énergie et des buts à cette équipe. J’adore marquer des buts et c’est pour cela qu’on me paie. Je crois que je peux le faire dans un système qui sied parfaitement à mon jeu. J’espère marquer plein de buts pour cette équipe. »

À cet égard, il n’est probablement pas le seul. Ce besoin est plus urgent que jamais au sein de l’équipe, et bien que Henry ne l’a pas beaucoup vu à l’œuvre, l’entraîneur-chef de l’Impact est d’avis que Toye a de belles aptitudes offensives.

« C’est un joueur au profil MLS. Il a 21 ans ; il a beaucoup à apprendre. Il a ce profil. Il prend la profondeur. Il termine pied droit, pied gauche. On se demande d’ailleurs justement, quand tu regardes ses finitions, s’il est droitier ou s’il est gaucher, des fois », a décrit Henry en visioconférence, vendredi après-midi.

Henry a d’ailleurs noté que la formation montréalaise a été durement touchée à la position « 9 » cette année. L’équipe a sa large part de blessés et elle devra se passer, plus tard en octobre, des Finlandais Lassi Lappalainen et Jukka Raitala, rappelés par leur équipe nationale.

« Rommel (Quioto) nous a beaucoup aidés cette année en ailier, on l’a placé en 9. On a perdu Orji (Okwonkwo), on a perdu "Jack"(Anthony Jackson-Hamel) sur un problème qu’il a avec son genou. Il fallait trouver quelqu’un. N’oubliez pas aussi que dans tous les malheurs, il y a les mecs qui vont partir en sélection. Donc, va falloir trouver une équipe. On essaie de trouver des joueurs pour essayer de pallier à tout ça. »

Toye pourra rejoindre ses nouveaux coéquipiers à l’entraînement à compter de dimanche après avoir respecté la quarantaine imposée de trois jours par la MLS et d’avoir subi avec succès un test de détection à la COVID-19.

La quarantaine de Toye n’a pas besoin d’être plus longue que trois jours, puisqu’il respectait déjà le protocole sanitaire de la ligue avec Minnesota United.