(Toronto) L’Impact de Montréal a causé une vive surprise en prenant la mesure du Toronto FC par la marque de 1-0, mardi soir, au BMO Field.

La Presse canadienne

Quatre soirs après une performance plutôt désolante contre ses grands rivaux au stade Saputo, l’Impact a renversé la meilleure formation de l’Association de l'Est grâce à un but du défenseur Rudy Camacho, pendant la 14e minute de jeu.

« C’est une équipe qui domine la conférence Est au point d’aller en finale assez souvent », a rappelé l’entraîneur-chef Thierry Henry.

« On a énormément de respect pour eux. Mais aujourd’hui, on voulait les gêner, jouer un peu plus haut, défendre un peu plus haut. Ils ont trouvé des solutions encore une fois. Nous aussi, on en a trouvé pas mal. Il ne faut pas non plus s’enflammer. Ce n’est qu’un match. Mais ça fait du bien au moral. »

Le gardien Clément Diop a bloqué les six tirs cadrés auxquels il a fait face, dont quatre en première demie. Ses deux meilleurs arrêts ont été réalisés aux dépens de Jozy Altidore. Il a aussi eu l’aide d’un généreux geste d’Alejandro Pozuelo, qui a préféré faire une passe à Pablo Piatti plutôt que de tenter un penalty à la 45e minute.

La ruse s’est plutôt terminée par un hors-jeu contre Toronto et un but refusé. Surtout, elle n’a pas impressionné Diop, qui ne s’est pas gêné pour dire ce qu’il pensait d’une telle manœuvre.

« Je pense qu’ils ont essayé de se voir trop beaux. Ils ont été un peu arrogants, je pense, sur cette phase de jeu et ils ont eu ce qu’ils méritent parce qu’il faut respecter le football. Un penalty, on le tire. On ne joue pas comme ça, et je suis très content qu’il ait été refusé », a déclaré Diop.

L’Impact (4-3-1) a tenu bon en deuxième demie et lors des cinq minutes additionnelles pour mériter une quatrième victoire en huit matchs en MLS, et une deuxième en trois tentatives dans le cadre du Championnat canadien.

Par ailleurs, cette victoire de l’Impact a empêché la formation torontoise d’égaler un record de la ligue en disputant un 19e match de suite sans défaite en saison. Le dernier revers du Toronto FC remontait au 3 août 2019 contre les Red Bulls de New York.

Selon Henry, cet exploit que visait le Toronto FC n’a pas été une source additionnelle de motivation pour ses joueurs.

« On avait besoin de redresser la barre après le match à la maison [de vendredi]. Pour nous, ça devient anecdotique. On avait besoin de montrer un autre visage, défendre vers l’avant et essayer de renverser la tendance. Je comprends que la presse de Toronto en parlait. C’est tout à fait normal et tout à fait mérité d’ailleurs. Mais nous, on est restés concentrés sur ce qu’on devait faire. »

L’Impact profitera d’une longue pause avant d’affronter le Toronto FC, pour la troisième et dernière fois pendant la phase canadienne de la relance du calendrier de la MLS, mercredi prochain au stade Saputo. Par la suite, il restera deux sorties à la formation montréalaise dans ce segment de la saison, à Vancouver, les 13 et 16 septembre.

De l’inattendu

Le début de la première demie n’a pas été sans rappeler les premiers moments du match de vendredi au stade Saputo. La formation torontoise s’est rapidement installée dans le territoire montréalais, au point où Altidore s’est vu offrir un coup franc dès la deuxième minute de jeu.

Le tir du puissant attaquant a forcé Diop à réaliser un bel arrêt, à l’aide d’un vol plané vers sa droite.

Confiné profondément dans sa zone, l’Impact a fini par en sortir, à se présenter en territoire de Toronto et, contre toute attente, à marquer le premier but du match, avant la fin du premier quart d’heure de jeu.

Après un coup de pied de coin joué court, Romell Quioto a effectué un superbe centre vers le deuxième poteau. Camacho, faisant fi de la présence de Justin Morrow à ses côtés, a sauté haut dans les airs et fait bifurquer le ballon de sa tête à la droite de Quentin Westberg, incapable de réagir.

Du coup, le Toronto FC concédait l’avance à un rival pour la première fois depuis le 29 septembre 2019, et un premier but en matchs du calendrier régulier de la MLS depuis son duel contre la formation montréalaise au tournoi de relance de la MLS, le 16 juillet à Orlando.

Un autre moment totalement inattendu est survenu à la toute fin de la première demie. Là encore, il a tourné à l’avantage des hommes de Thierry Henry.

Le Toronto FC s’est vu accorder un penalty lorsque l’arbitre a jugé que Camacho avait accroché Altidore dans la surface de réparation, à la 45e minute de jeu.

Pozuelo, qui avait marqué le seul but du match de vendredi dans des circonstances semblables, s’est vu confier le mandat d’effectuer le tir. Mais au lieu de tirer, Pozuelo a poussé le ballon tout juste devant lui, pour Piatti, qui a battu Diop.

Toutefois, les officiels ont jugé que Piatti est entré trop tôt dans la surface de réparation, et le but qui aurait permis au Toronto FC de rentrer au vestiaire avec un score égal – et peut-être égaler un record de la MLS – a été refusé.

« Je ne pas trop ce qui s’est passé sur le penalty. Nous tirons de l’arrière par un but, nous devrions tout simplement essayer d’envoyer le ballon dans le fond du filet et aller de l’avant. On leur a fait un cadeau en ne les forçant même pas à effectuer un arrêt sur un penalty », a déploré l’entraîneur-chef du Toronto FC, Greg Vanney.