Les Whitecaps de Vancouver ont fait l’acquisition du gardien Jonathan Sirois de l’Impact de Montréal dans le cadre d’un prêt d’un jour.

La Presse canadienne

C’est ce qu’a annoncé la formation de la Colombie-Britannique mercredi soir dans un communiqué publié sur son site web.

Sirois, qui est âgé de 19 ans, sera disponible en vue du match des Whitecaps, jeudi matin contre le Fire de Chicago. Après ce match, il retournera avec l’Impact, où Sirois est sous contrat depuis le mois de mars après avoir grandi au sein de l’Académie.

Au passage, les Whitecaps ont pris le temps de remercier le directeur sportif Olivier Renard et la direction de l’Impact « pour leur souplesse et leur soutien ».

Les Whitecaps se trouvaient dans une situation précaire au poste de gardien de but à la suite de la blessure au pouce gauche du Québécois Maxime Crépeau, dimanche dernier contre les Sounders de Seattle.

Le gardien Bryan Meredith est avec sa famille au New Jersey à la suite du décès soudain de sa mère. Thomas Hasal, un joueur issu du réseau des Whitecaps, a remplacé Crépeau et disputé son premier match en carrière en MLS.

« Nous apprécions grandement l’ouverture et la compréhension de Montréal face à notre situation actuelle », a déclaré l’entraîneur-chef Marc Dos Santos.

« Notre instructeur des gardiens Youssef Dahha connaît Jonathan en raison de ses années à Montréal et nous sommes reconnaissants de savoir qu’il sera le banc des joueurs en vue de notre match crucial contre Chicago », a ajouté l’entraîneur-chef montréalais.

À la blague, les Whitecaps ont tendu une perche à Roberto Luongo, l’ancien gardien des Canucks de Vancouver.

« Tu vis en Floride, n’est-ce pas ? », lui ont demandé les Whitecaps sur les réseaux sociaux.

« M… J’étais prêt ! », a lancé Luongo sur Twitter.

Les Whitecaps ont perdu leurs deux premiers matchs du tournoi 4-3 contre les Earthquakes de San Jose, et 3-0 face aux Sounders de Seattle.

Ils ne sont pas encore éliminés mais ils doivent vaincre le Fire par une imposante marge pour espérer participer à la phase éliminatoire parmi les quatre « meilleurs troisièmes ».

— Le journaliste Neil Davidson a contribué à ce texte