Le match de relance de l’Impact, son premier depuis le 7 mars dernier, s’est soldé par une défaite de 1 à 0 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre à Orlando, jeudi. Au-delà du résultat, c’est la manière qui retient l’attention, Thierry Henry regrettant l’absence de fighting spirit et Saphir Taïder concédant un manque de « personnalité ».

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

Bref, le retour montréalais ne s’est pas déroulé comme prévu et voit déjà l’équipe au pied du mur dans cette phase de groupes du tournoi MLS is back.

« Je n’ai pas du tout aimé l’attitude de l’équipe, a tonné Henry. On a perdu tous nos duels et perdu des ballons sans pression. Même pas besoin de parler de la tactique. Si tu entres sur un terrain sans volonté et en faisant un aussi grand nombre d’erreurs, c’est difficile de gagner un match. La Nouvelle-Angleterre a su en profiter. »

  • Saphir Tarder et l’Impact de Montréal ont mal amorcé le tournoi de relance de la MLS, subissant une défaite de 1-0 aux mains du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, jeudi soir au complexe ESPN Wide World of Sports à Orlando.

    PHOTO PETER CASEY, USA TODAY SPORTS

    Saphir Tarder et l’Impact de Montréal ont mal amorcé le tournoi de relance de la MLS, subissant une défaite de 1-0 aux mains du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, jeudi soir au complexe ESPN Wide World of Sports à Orlando.

  • À la 56e minute de jeu, Gustavo Bou (au centre) a réussi le seul but aux dépens de Clément Diop, lors d’un match qui s’est amorcé par une température ressentie de 38 ˚C.

    PHOTO JOHN RAOUX, ASSOCIATED PRESS

    À la 56e minute de jeu, Gustavo Bou (au centre) a réussi le seul but aux dépens de Clément Diop, lors d’un match qui s’est amorcé par une température ressentie de 38 ˚C.

  • Ballou Tabla (à droite) a bien tenté, lors des derniers instants du match, de ramener les deux équipes à égalité, mais le gardien Matt Turner a protégé la victoire du Revolution avec un arrêt spectaculaire du bout des doigts.

    PHOTO PETER CASEY, USA TODAY SPORTS

    Ballou Tabla (à droite) a bien tenté, lors des derniers instants du match, de ramener les deux équipes à égalité, mais le gardien Matt Turner a protégé la victoire du Revolution avec un arrêt spectaculaire du bout des doigts.

  • Les joueurs de Thierry Henry se sont montrés nettement plus incisifs en début de deuxième demie, notamment lorsque Maximiliano Urruti, à la 50e minute, a cogné à deux reprises à la porte de Turner… sans succès.

    PHOTO PETER CASEY, USA TODAY SPORTS

    Les joueurs de Thierry Henry se sont montrés nettement plus incisifs en début de deuxième demie, notamment lorsque Maximiliano Urruti, à la 50e minute, a cogné à deux reprises à la porte de Turner… sans succès.

  • Excellent début de tournoi pour le Revolution, qui termine le match avec 19 tirs vers le filet montréalais, dont quatre cadrés. L’Impact a tenté sept tirs, dont seulement deux ont touché la cible.

    PHOTO PETER CASEY, USA TODAY SPORTS

    Excellent début de tournoi pour le Revolution, qui termine le match avec 19 tirs vers le filet montréalais, dont quatre cadrés. L’Impact a tenté sept tirs, dont seulement deux ont touché la cible.

  • Les joueurs du Revolution ont complètement dominé la première demie, comme l’illustrent les 10 tirs tentés vers le filet de Diop, dont plusieurs menaçants, bien que seulement deux ont été cadrés.

    PHOTO PETER CASEY, USA TODAY SPORTS

    Les joueurs du Revolution ont complètement dominé la première demie, comme l’illustrent les 10 tirs tentés vers le filet de Diop, dont plusieurs menaçants, bien que seulement deux ont été cadrés.

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’esprit combatif, manque de cohésion et de rythme, erreurs individuelles… La liste des carences de l’Impact a été longue contre un adversaire qui n’est pourtant pas une puissance de la MLS. L’entraîneur montréalais et ses joueurs n’ont pas cherché d’excuses : non, cette contre-performance n’est pas causée par la reprise tardive de l’entraînement ou par la météo étouffante de la Floride.

On a vu un manque de disponibilités de tout le monde. Il aurait fallu se montrer un peu plus et faire les efforts à la reconquête du ballon. […] On n’a pas su garder le ballon, se montrer entre les lignes et montrer à son camarade que l’on veut recevoir le ballon.

Saphir Taïder

Piette sur le côté droit

PHOTO JOHN RAOUX, ASSOCIATED PRESS

Samuel Piette (6) se bat pour le ballon contre Scott Caldwell, du Revolution

Henry l’a martelé à maintes reprises en conférence de presse : « Quand il n’y a pas de combativité, c’est difficile de gagner, peu importe la tactique. » D’accord, mais il reste que le choix de son dispositif allait être scruté. Allait-il aligner une défense avec trois défenseurs centraux ou une défense à quatre défenseurs ? La première option a logiquement prévalu, avec cependant une grosse surprise : Samuel Piette s’est retrouvé sur le côté droit de la défense en première mi-temps.

Lorsque l’Impact avait le ballon, le numéro 6 revenait au cœur du jeu plutôt que de prendre le couloir. Pour celui qui évoluait habituellement seul devant sa défense, ce n’est pas si haut que son registre s’exprime réellement.

À la mi-temps, Henry a rétabli la situation en faisant entrer Zachary Brault-Guillard à la place d’Orji Okwonkwo. Le jeune latéral, excellent contre le Revolution le 29 février, dispose des qualités pour gérer le couloir. Son entrée a replacé Piette dans l’axe et mis fin au match d’Okwonkwo, incapable de faire la différence en un contre un contre Alexander Bütnner.

Coïncidence ou pas, les premiers instants de la deuxième mi-temps ont d’ailleurs été les plus encourageants avec légèrement plus de mouvements. C’est pourtant à ce moment que le Revolution a ouvert la marque grâce à Gustavo Bou, auteur d’une lourde frappe (56e minute).

PHOTO JOHN RAOUX, ASSOCIATED PRESS

Carles Gil (à droite) célèbre le but de Gustavo Bou dans ses bras.

« On aurait pu faire un petit peu mieux, je pense, sur la feinte de frappe », a regretté Henry qui était resté agenouillé 8 minutes et 46 secondes, au début du match, à la mémoire de George Floyd.

« Ça a été mieux en deuxième mi-temps, dans le premier quart d’heure. On prend un but sur notre meilleure période du match et ça nous casse un peu les jambes, a convenu Taïder. On a essayé de revenir, mais ça a été compliqué physiquement. »

Cette ouverture du score a été logique, tant l’Argentin, excellent en deuxième moitié de saison 2019, a raté de nombreuses occasions durant les 45 premières minutes.

La suite ? Pas grand-chose du côté montréalais, dont le seul sursaut offensif est venu d’une frappe de Ballou dans les derniers instants du match. Au total, l’Impact n’a cadré que deux tirs sur sept tentatives.

Rappelons que le tournoi de relance de la MLS est disputé par 24 équipes à Orlando. Avec de nombreux cas de COVID-19 dans ses rangs, le FC Dallas et le Nashville SC n’ont pas été autorisés à y participer. Les résultats des trois matchs de la phase de groupes compteront dans les résultats de la saison régulière. Ce ne sera pas le cas des matchs à élimination directe. Les deux premiers de chaque groupe ainsi que les quatre meilleurs troisièmes y participeront.

L’Impact dispute son prochain match, qui sera déjà crucial dans l’optique d’une qualification, le 15 juillet contre le Toronto FC. Il conclura le premier tour avec un duel contre D.C. United, six jours plus tard.