(Londres) L’attaquant de Manchester United Marcus Rashford, ainsi que son équipe et celle de Tottenham ont rendu hommage au mouvement « Black Lives Matter » en mettant genou à terre avant leur match de la 30e journée de Premier League vendredi.

Agence France-Presse

Les deux équipes se sont inclinées quelques secondes en faisant le geste devenu le symbole de la lutte contre le racisme et les violences policières, Rashford levant même le poing sur le terrain.

Le même protocole avait été respecté lors des trois matchs qui se sont déroulés depuis la reprise du championnat mercredi.

PHOTO SHAUN BOTTERILL, REUTERS

L’attaquant de Manchester United Marcus Rashford portait un t-shirt avec un message avant le match de Manchester nited contre Tottenham Hotspur le 19 juin 2020.

Il devrait l’être encore lors des huit autres rencontres de la journée programmées de samedi à lundi, où seront également portés des maillots avec le slogan « Black Lives Matter » inscrit au dos, à la place du nom des joueurs.

Juste avant, ils avaient respecté la minute de silence en hommage aux personnels de santé britanniques (NHS) qui aura lieu sur tous les stades, rajoutant leur petite touche avec des applaudissements.  

Rashford avait été parmi les personnalités du football anglais les plus prééminentes à montrer leur solidarité avec les manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd, le père de famille afro-américain tué par un policier fin mai à Minneapolis, aux États-Unis.

Rashford, qui s’est beaucoup illustré ces dernières semaines dans la lutte en faveur des familles défavorisées, avait déploré dans un message sur Twitter, qu’à « une époque où j’appelle les gens à s’unir […] nous apparaissons plus divisés que jamais ».

« Des gens souffrent et des gens attendent des réponses », avait poursuivi l’attaquant international de 22 ans, mentionnant également Ahmaud Arbery, abattu pendant qu’il courait le 23 février à Brunswick en Géorgie par un père et son fils, ou encore Breonna Taylor, une employée médicale d’urgence de 26 ans, tuée à son domicile par la police dans le Kentucky en mars.