Alors qu’il inaugurait un troisième stade en vue de la Coupe du monde de soccer de 2022, le secrétaire-général du comité organisateur de Qatar a déclaré qu’il avait entamé des discussions avec les dirigeants de la Premier League, au Royaume-Uni, et ceux du Championnat de l’Allemagne pour comprendre comment ces deux organisations face au coronavirus.

Associated Press

Les propos de Hassan Al-Thawadi mettent en relief le souci des organisations sportives pour s’assurer de mettre en place des précautions sanitaires, si aucun vaccin n’a été créé pour combattre la COVID-19.

« C’est une opportunité pour nous tous d’apprendre l’un de l’autre », a déclaré Al-Thawadi.

« Nous nous trouvons peut-être en meilleure posture que la plupart en ce sens que nous avons deux années devant nous pour apprendre des expériences des autres. »

Les activités du Championnat d’Allemagne, connu aussi sous le nom de Bundesliga, ont repris le mois dernier. Quant à la Premier League, sa pause longue de 100 jours doit prendre fin mercredi. Les spectateurs n’ont pas été admis en Allemagne et il en sera de même pour la reprise de la saison en Angleterre.

La Coupe du monde de 2022 au Qatar doit commencer au mois de novembre.

En raison des restrictions liées à la COVID-19, le lancement de ce troisième site, d’une capacité de 40 000 spectateurs, a eu lieu dans le cadre d’un spectacle numérique plutôt qu’au site, surnommé le « Diamant dans le Désert ».

« Le fait de lancer le stade maintenant — pendant que le monde tente de surmonter la pandémie de coronavirus — montre à tous qu’il y a une lumière au bout du tunnel et de brillants jours à venir », a déclaré Al-Thawadi.

Le Qatar s’est vu confier l’organisation de la Coupe du monde — une première dans l’histoire du Moyen-Orient — en 2010 à la suite d’un vote controversé.