(Genève) L’ancien président de la FIFA Sepp Blatter est la cible d’une enquête criminelle en Suisse, soupçonné de mauvaise gestion d’un paiement d’un million.

Graham Dunbar
Associated Press

Les procureurs fédéraux suisses l’ont informé qu’il est un « accusé » pour un prêt que la FIFA a accordé en 2010 à la fédération de soccer de Trinité-et-Tobago, selon un document vu par l’Associated Press.

Blatter a nié tout acte répréhensible pendant des décennies de scandales liés à la FIFA. Il a toutefois été banni de la présidence de l’organisation, et il risque d’être traduit en justice dans son pays d’origine.

Le paiement provenait d’un compte de la FIFA le 13 avril 2010 et était sans intérêt, non garanti et plus tard annulé comme étant une sorte de cadeau, a précisé le document.

Il s’agit de la dernière allégation dans les enquêtes fédérales suisses et américaines liant la FIFA à des paiements irréguliers au profit de Jack Warner, son ancien vice-président de Trinidad. Warner lutte contre l’extradition vers les États-Unis.

Warner a longtemps contrôlé un bloc clé dans les élections de la FIFA jusqu’à ce qu’il quitte le soccer après avoir été impliqué dans des pots-de-vin pour s’opposer à Blatter, en 2011.

Il était également un député élu dans la nation des Caraïbes et est devenu un ministre du gouvernement, après les élections générales de mai 2010.

Deux anciens hauts responsables de la FIFA-Jérôme Valcke, comme secrétaire général, et Markus Kattner, comme directeur des finances, sont également nommés accusés.

Le parquet fédéral suisse a dit que les poursuites pénales contre Blatter, 84 ans, ont été étendues le mois dernier à Valcke et Kattner.

Le bureau ajoute que la présomption d’innocence s’applique aux deux hommes, congédiés par la FIFA en 2016.

Le document d’enquête est daté du 13 mai 2020-plusieurs semaines après que le bureau a annoncé la clôture de l’une des deux procédures pénales ouvertes contre Blatter, cinq ans plus tôt.

L’allégation abandonnée était que Blatter a mal géré un accord de diffusion de la Coupe du monde dans les Caraïbes, d’une façon permettant à Warner d’empocher des millions.

La commission d’éthique de la FIFA a banni Blatter pendant six ans. La sanction expire en octobre 2021.

Le document d’accusation suisse ne fait pas directement le lien entre le moment du paiement du million et les élections générales à Trinité-et-Tobago.

Warner a tenté de lier les officiels de la FIFA à sa carrière politique nationale lors d’une apparition télévisée en juin 2015, dans son pays d’origine.

Quelques jours avant, Blatter a a fait part de son intention de démissionner après 17 ans à la présidence de la FIFA, à la suite d’enquêtes fédérales américaines et suisses.

Warner était un législateur de l’opposition depuis 2007. Après une transition de pouvoir aux élections de mai 2010, il est devenu ministre des travaux publics et des transports.

Il a été écarté de son siège parlementaire en 2015, plusieurs mois après avoir été inculpé par le ministère américain de la Justice.

Les accusations de corruption contre Warner incluaient l’obtention d’un pot-de-vin de 10 millions de l’Afrique du Sud, hôte de la Coupe du Monde 2010, acheminé via la FIFA.

En avril, un acte d’accusation a allégué que Warner a été payé cinq millions par des intérêts russes en pots-de-vin pour soutenir l’offre gagnante du pays de recevoir la Coupe du monde de 2018.

Warner a rejeté les allégations dans des propos rapportés par les médias trinidadiens.

Selon le document vu par l’AP, l’enquête suisse est supervisée par le procureur Thomas Hildbrand, qui a déjà fermé le dossier d’un accord de la FIFA avec la télé caribéenne.