(Manchester) Les clubs de soccer de la Premier League au Royaume-Uni ont approuvé, mercredi, un projet visant à reprendre l’entraînement avec contact même si des joueurs sont inquiets à l’idée de retourner sur le terrain pendant la pandémie de coronavirus.

Rob Harris
Associated Press

Le scrutin auprès des 20 clubs de la ligue a été mené après que le gouvernement eut accordé la permission aux joueurs de s’entraîner en équipe, dans la foulée d’un allègement des restrictions à travers l’Angleterre.

Au cours de la dernière semaine, les joueurs se sont exercés en petits groupes et ont évité les contacts. La prochaine phase des séances d’entraînement maintient des mesures de distanciation qui sont toujours nécessaires dans la société dans son ensemble.

« Les équipes peuvent maintenant s’entraîner en un groupe et effectuer des tacles tout en minimisant tout contact rapproché qui n’est pas nécessaire », ont déclaré les dirigeants de la ligue dans un communiqué.

Le dernier match avant la suspension des activités en raison de la COVID-19 remonte au 9 mars.

Le Championnat de première division de l’Allemagne a relancé son calendrier le 16 mai tandis que la Liga, en Espagne, a reçu le feu vert du gouvernement pour reprendre les matchs le 8 juin.

« Nous continuons les discussions et le travail se poursuit vers une reprise de la saison », ont déclaré les responsables de la Premier League, « quand les conditions le permettront… quand ce sera sécuritaire de le faire. »

Les joueurs et les membres du personnel des clubs subissent deux tests par semaine à la COVID-19. Aaron Ramsdale, un gardien du Bournemouth, Adrian Mariappa, un défenseur du Watford, sont les deux seuls joueurs dont on a annoncé des résultats positifs à la suite des tests effectués la semaine dernière.

Certains joueurs ont encore des réserves à l’idée de jouer, surtout à Watford, qui occupe un échelon au-dessus du seuil menant à la relégation.

« Je ne suis pas en faveur d’une reprise de la Premier League, parce que ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise avec (cette idée) », a affirmé Heurelho Gomes, le gardien réserviste du Watford, dans une entrevue vidéo.

« Je crois que le virus ne disparaîtra pas d’une journée à l’autre. Nous le souhaitons, évidemment, mais le problème va persister tant qu’un vaccin n’aura pas été développé. »

Inquiet de la santé de son fils, Troy Deeney, le capitaine de Watford, n’est pas retourné à l’entraînement la semaine dernière.

« Certains joueurs ont besoin de plus de temps, et ça pourrait désavantager certaines des plus petites équipes, car elles n’ont pas beaucoup de substituts », a renchéri Gomes.

« Nous devrions recommencer seulement quand tout le monde sera à l’aise avec cette idée et que nous aurons plus de temps pour nous entraîner et nous adapter. »