Le gouvernement italien a fait lundi un pas prudent vers la reprise des entraînements collectifs par les clubs de football, envisagée à partir du 18 mai sous réserve d’ajustements du protocole médical.

Agence France-Presse

« L’avis demandé par le gouvernement sur le protocole soumis par la FIGC (fédération italienne de football) a été présenté aujourd’hui par le Comité technique scientifique (CTS) et il confirme la ligne de prudence suivie jusqu’ici par les ministères concernés », écrivent dans un communiqué commun le ministre italien de la Santé Roberto Speranza et celui des Sports Vincenzo Spadafora.

« Les indications du comité, qui doivent être considérées comme strictes et contraignantes, seront transmises à la fédération pour des ajustements nécessaires du protocole afin de permettre la reprise en sécurité des entraînements collectifs à partir du 18 mai », ajoutent les deux ministres.

Interrogé par la chaîne Sky, le ministre des Sports a ensuite expliqué que le CTS avait notamment demandé une quarantaine de 14 jours pour toute l’équipe en cas de test positif à la COVID-19 pour un joueur.

Vincenzo Spadafora a ajouté que les nombreux tests qui devront être effectués sur les footballeurs de Serie A ne devraient pas l’être « au détriment des citoyens ».

« Si ces modifications sont apportées, il pourra y avoir des entraînements collectifs à partir du 18 mai », a-t-il assuré.

Prudence

Quant à une éventuelle reprise du championnat, le ministre des Sports a repoussé toute décision à au moins une semaine. « La position la plus juste est celle de la prudence. D’ici une semaine nous verrons la courbe des contagions et nous pourrons décider pour le championnat », a-t-il dit.

Les clubs de Serie A, à l’arrêt depuis le 9 mars du fait de la pandémie de coronavirus, ont été autorisés à organiser depuis le lundi 4 mai des séances individuelles d’entraînement pour leurs joueurs.

L’avis du CTS, qui conseille le gouvernement italien sur le redémarrage progressif du pays, entièrement confiné entre le 9 mars et le 4 mai, était une étape importante pour une éventuelle reprise du championnat.

Le protocole médical présenté par la FIGC avait été initialement jugé « insuffisant » par le ministre Spadafora : la quarantaine et le nombre de tests nécessaires avaient été identifiés en amont comme étant les principaux problèmes.

Depuis la reprise des entraînements individuels, huit joueurs ont été déclarés positifs à la COVID-19, quatre à la Sampdoria Gênes, trois à la Fiorentina et un au Torino. Ils ont été placés en quarantaine individuelle.

La fédération italienne et la Ligue espèrent pouvoir reprendre le championnat autour du 14 juin.

Pour la première fois depuis le 10 mars, il y avait lundi moins de 1000 malades en soins intensifs en Italie, 999 exactement.